Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 18:29

Sur un bateau traversant l’Atlantique, un homme reconnaît une vedette des échecs qui voyage incognito, Czentovic. Décidé à le voir jouer, il monte un stratagème pour l’inciter à se dévoiler. Arrivant à ses fins, il parvient à monter une partie dans laquelle Czentovic jouera contre l’ensemble des autres membres à bord. Et alors qu’un coup décisif est sur le point d’être joué, un inconnu retient les joueurs pour les empêcher d’offrir la victoire au champion. Curieux, on interroge le nouveau venu qui dit n’avoir pas joué aux échecs depuis plus de 20 ans. Il raconte alors comme il a appris à jouer : à cause de son enfermement et de son isolement décidé par les nazis.


Le joueur d’échecs est un roman court mais dense. Zweig réussit à surprendre son lecteur dans cette nouvelle. Alors qu’il pense que le joueur d’échecs du titre est Czentovic, vedette mondiale, on découvre relativement tardivement que tout ceci n’est que prétexte à introduire le véritable héros de l’histoire, M. B., autrichien et ancien prisonnier des nazis. Heureusement que ce basculement se produit car Czentovic, sûr de sa force et de sa supériorité, est un être froid et antipathique, qui fera tout pour exploiter les failles de son adversaire contre qui il acceptera de jouer. 

 

A l’inverse, M. B. apparaît comme humain, notamment par son statut de victime des expériences nazies. La punition que lui inflige les nazis (et que je ne dévoilerai pas totalement, pour ne déflorer une partie de l’intérêt de l’œuvre) est inhumaine, et finalement bien plus lourde de conséquences qu’une peine classique. On réalise à quel point le fait de parler et d’échanger avec autrui est important.

 

La tombée dans la monomanie des échecs, effet secondaire de la punition infligée, et la dépendance permanente à laquelle doit faire face M. B. illustre les limites du psychisme humain. C’est parce que le narrateur prend soin de lui qu’il ne perd finalement pas totalement pied dans cette histoire.

 

Zweig, avec une écriture très fluide, signe avec Le joueur d’échecs une œuvre importante sur la soumission et la folie. Il est à préciser que ce roman a été rédigé lorsqu’il était en exil au Brésil pour fuir l’Allemagne nazie, et qu’il constitue sa dernière œuvre avant son suicide. Zweig, lucide, signe une œuvre qui témoigne de la folie de l’époque qu’il n’a pas pu supporter. Vraiment un ouvrage à lire !

 

Le joueur d'échecs, de Stefan Zweig

Traduit de l'allemand

Ed. Le Livre de poche

Partager cet article

Repost 0

commentaires

zoso 10/01/2013 13:27


C'est évidemment bien écrit mais au combien loin de la réalité !
Du pur délire. Impossible de devenir un champion si on joue seul. Et tous les champions sont des psychopates !

Ce livre là me semble plus proche d'une certaine réalité !
http://www.amazon.com/dp/B00AW8CP44

Yohan 28/01/2013 21:44



Je pense que l'idée de Zweig n'est pas de décrire la réalité. J'imagine que vous ne portez pas les joueurs d'échec dans votre coeur.



Bénédicte 11/04/2010 15:28



Dans cette nouvelle, Zweig installe une atmosphère de suspense et décrit avec précision la lutte et l'activité mentale de cet homme, activité prisonnière de ce seul échiquier. La monomanie n'a
rien à voir ici avec la passion. Jouer est une affaire de survie qui met pourtant en péril son équilibre mental. Ce livre est excellent.



Bénédicte 17/03/2010 08:28


je viens de le terminer et je suis d'accord avec ton article et la réponse à mon commentaire ce livre est excellent


Yohan 19/03/2010 19:42


Merci de ton retour après ta lecture, je vais aller lire billet.


Bénédicte 10/03/2010 21:00


je ne l'ai pas encore lu mais ça ne devrait pas tarder je me suis lancée dans la lecture de romans et nouvelles qui la contient et d'après ce que je lis je ne devrais pas être déçue A bientôt


Yohan 16/03/2010 21:16


Tu ne devrais pas être déçue, car c'est vraiment un merveilleux roman, dense et puissant.


LN 17/07/2009 12:04

C'est le premier Stefan Zweig que j'ai lu il y a bien longtemps maintenant et qui m'a permis de découvrir cet auteur. Je l'ai relu récemment et j'aime toujours autant :-)

Yohan 31/07/2009 17:34


Je découvre petit à petit Stefan Zweig, et son oeuvre est vraiment très intéressante et impressionnante de maitrise. J'ai vu récemment une adaptation théatrale de cette pièce (j'en parlerai très
bientot) qui était assez réussie !