Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 09:50

Grande première aujourd’hui, puisque je vais vous parler, enfin évoquer, un roman que je n’ai pas terminé. Cet ouvrage m’est tombé des mains alors que je suis d’habitude très persévérant dans mes lectures. Si un auteur a pris le temps de l’écrire, et surtout si un éditeur a pris le temps de le publier (et pour celui-ci de le traduire), c’est qu’il doit y avoir une raison. Eh bien là, je cherche encore.

 

Eric Sanderson rentre chez lui. Problème : il est amnésique. Mais le premier Eric Sanderson, avant d’être amnésique, a laissé des indices pour que le nouveau Eric puisse comprendre son histoire. Eric Sanderson rencontre donc un psychiatre, qui l’incite à partir à la recherche d’un professeur du langage. Mais Eric est poursuivi par un ludovicien, le requin du titre, qui lui mange peu à peu la mémoire.

 

Je dois avouer que je n’ai pas tout compris aux intentions de l’auteur. Il y a une dimension de science-fiction mâtinée de psychologie, nous sommes d’accord. Il y a une intrigue qui se veut pleine d’action, avec la menace de ce requin fantasmé (ou non) combattu avec des dictaphones, la rencontre avec Scout et leurs déambulations dans un labyrinthe de livre avec un chat roux prénommé Yann. Mais l’ensemble n’a jamais fait sens. J’ai eu l’impression d’être face à un salmigondis indigeste, dans lequel on passe d’une scène à l’autre sans comprendre les enjeux de l’intrigue, si ce n’est l’envie de retrouver ce professeur (mais pourquoi le retrouver ?). Les personnages sont à peine esquissés, l'intrigue confuse à souhait et l’écriture est très plate. Rien de très réjouissant. Les quelques dessins qui jalonnent le roman permettent de comprendre certains éléments de l’intrigue, mais ce fut trop peu pour m’embarquer dans cette aventure.

 

Bref, c’est sans regret aucun que j’ai abandonné les protagonistes à la page 310 (parce qu’en plus, c’est un pavé), indifférent à ce qui pouvait leur arriver. Cette passivité face aux héros et à l’intrigue furent pour moi les indices définitifs me disant de prendre un autre livre. Ce que j’ai fait !

Les avis de Neph (enthousiaste), Restling (agréablement surprise), Roxane (la déception a augmenté au fil des pages), Stefie (trop décalé pour elle), Cuné (Elle aussi a laissé tomber !)

Et merci à toute l’équipe de BOB qui m’a permis de découvrir (ou moins en partie) ce roman.

 

Et dormir dans l'oubli comme un requin dans l'onde, Steven Hall

Traduit de l'anglais par Pierre Guglielmina

Ed. Robert Laffont - Pavillons

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Leiloona 23/08/2009 22:58

Oui, univers particulier et narration parfois confuse ... où cela nous mène-t-il ? Cela dit, je suivrai tout de même cet auteur, histoire de savoir dans quel univers ira son prochain roman.

Yohan 24/08/2009 19:44


De mon coté, je ne suis pas sur de suivre l'oeuvre future de cet auteur...


Stephie 10/06/2009 20:25

Je suis ravie de trouver quelqu'un d'autre qui a décroché, j'avais peur d'être trop fine bouche. Bonne soirée à toi.

Yohan 15/06/2009 23:09


Non, je ne pesnse que c'est etre fine bouche que de ne pas accrocher avec ce roman. Il y a un univers particulier, auquel on peut rester complètement étranger. et comme le style ne rattrape pas le
manque d'adhésion à l'intrigue, il ne reste vite plus grand chose dans ces cas-là...


Neph 10/06/2009 14:08

Eh bien ! Je me demande si je n'ai pas un sacré problème :) Il en faut pour tous les goûts, je sais, mais à ce point... Heureusement que nos avis ne divergent pas toujours à ce point !

Yohan 15/06/2009 23:08


Oh mais non, je ne considère pas que quelqu'un qui apprécie ce livre ait un problème. C'est juste que malgré les efforts fournis pour ne pas décrocher, je n'ai jamais été emporté, et suis resté
totalement indifférent aux aventures de ces personnes. Mais l'inverse arrivera bien un jour (un livre que j'aime et que tu n'aims pas !)