Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 avril 2009 3 15 /04 /avril /2009 07:35

Marguerite Duras se souvient. Elle se souvient de sa vie en Indochine, avec une mère distante, qui aimait son frère beaucoup plus qu’elle. Avec un petit frère aimé mais délaissé par les autres, décédé trop vite. Surtout, elle se souvient de l’histoire d’amour vécue à quinze ans et demi avec son amant, un chinois de Cholen. Plus agé qu’elle, il a été l’homme qui a éveillé ses sens, qui lui a permis de sortir du milieu familial et du carcan scolaire où elle était vu comme la blanche d’une communauté asiatique.


L’amant est un roman difficile à résumer. Sa dimension autobiographique est évidente, notamment lorsque Marguerite Duras évoque la plantation achetée par sa mère (thème d’Un barrage contre le Pacifique) ou la déportation de son mari (La douleur). Mais outre ce balaiement d’une partie de son œuvre par les thèmes qui l’irriguent, ce roman est surtout l’occasion de plonger dans les blessures intimes d’une adolescente, blessures qui seront à la base de la construction de la personnalité de l’auteur.


Les relations difficiles avec sa mère, et encore plus celles avec son frère, cet escroc à la petite semaine à qui sa mère passe tout,  sont au cœur de l’identité de Duras. Mais aussi la difficulté à s’adapter à ce pays indochinois, où elle est mal à l’aise. Blanche parmi les asiatiques ; elle qui veut devenir écrivain, alors que les autres nourrissent de toutes autres ambitions.


L’écriture de Duras est précise, très évocatrice, notamment de ce paysage et du climat asiatique. Elle arrive à donner du souffle à ce récit étouffant et sensuel. Je retiens notamment le passage où elle parle d’Hélène Lagonelle, sa camarade blanche de l’internat, qu’elle tente d’initier aux plaisirs de la vie, mais dont elle sent vite la réticence.


Malgré toutes ces qualités, je n’ai pas été complètement emballé par ce récit. C’est un travail personnel intense, qui a très certainement coûté beaucoup à l’auteur, mais je n’ai pas été constamment accroché par cette histoire. Certains passages sont marquants, la figure du grand frère est apeurante à souhait, mais il m’a manqué un petit quelque chose pour adhérer sans réserve. Adhésion que
Blue Grey a totalement vécue, ce qui l’a décidé à en faire un maillon de l’illustrissime Chaîne des livres.


Les avis d’
Emmyne (comme elle, je pense que je le relirai plus tard, après une lecture des autres romans de Duras, dont je n’avais jusqu’à présent lu que Moderato Cantabile, livre qui m’avait beaucoup plu, par ailleurs), Argantel (insensible à cette Duras-là)

 

L'amant, de Marguerite Duras

Ed. de Minuit

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Karine:) 24/04/2009 19:41

Duras m'a toujours fait un peu peur... il y a quelques uns, des comme ça... mais je pense que je finirai par lire celui-ci... un jour!

Yohan 01/05/2009 11:55



Duras a une personnalité forte, mais ses romans valent la peine d'etre découverts. En revanche, je ne te conseillerai pas de commencer par celui-ci, qui dresse en quelque sorte de sa vie.



Neph 17/04/2009 20:15

Merci BlueGrey pour cette précision !

BlueGrey 16/04/2009 14:06

S'il n'emporte pas une adhésion sans réserve, "L'Amant" a le mérite de questionner, d'intriguer... C'est déjà ça !  ;-)Et concernant "L'Amant de la Chine du Nord", en voici la petite histoire : au moment du projet du film, et à la demande du producteur Claude Berri, Marguerite Duras commence l'écriture du scénario, mais elle doit s'interrompre à cause d'une hospitalisation (elle reste six mois dans le coma). Pendant ce temps, le réalisateur Jean-Jacques Annaud accepte de réaliser le film et se met à en faire l'adaptation. Quand Marguerite Duras sort de l'hôpital, elle reprend le projet et rencontre le cinéaste, mais ils ne s'entendent pas et finalement le film se fait sans elle. Se sentant dépossédée de son histoire, elle décide de la réécrire et publie "L'Amant de la Chine du Nord" en 1992, juste avant la sortie du film."L'Amant de la Chine du Nord" raconte donc bien la même histoire que "L'Amant" mais dans un autre style...

Yohan 18/04/2009 13:18


C'est évident que ce roman est intrigant, et qu'il dérange un minimum son lecteur.
Et merci pour toutes ces précisions concernant L'amant de la Chine du Nord !!!


levraoueg 16/04/2009 07:30

Ce sera une relecture pour moi aussi, mais avec suffisamment de distance pour que ce soit une redécouverte (surtout que les souvenirs du film que je sais pourtant très différent ont modifié le souvenir que j'ai du roman). Enfin bref, nous verrons ! Et en ce qui concerne "L'amant de la Chine du Nord", je crois que c'ets le récit qu'elle a écrit après le film et la mort du Chinois.

Yohan 18/04/2009 11:53


Je souhaite que cette relecture soit pour toi une réussite. et merci pour ces premières précisions sur L'amant de la Chine du Nord. 


fashion 15/04/2009 14:17

J'ai lu ce roman il y a trèèèès longtemps et je n'avais pas du tout aimé. La chaîne sera l'occasion d'une relecture mais comme je n'aime toujours pas Duras, je sens que c'est mal parti, cette histoire.

Yohan 15/04/2009 19:45


Relire un livre que tu n'as pas du tout aimé ?!? J'admire ton abnégation pour cette chaine, meme si je pense déjà connaitre le résultat ;-)