Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 07:15

Mary Yellan vient de perdre sa mère. Sans parents, et incapable d’assumer seule la charge de la ferme, elle décide de rejoindre sa tante Patience, à l’Auberge de la Jamaïque. Depuis le mariage de cette dernière avec Joss Merlyn, Mary n’a pas revu sa tante. Son arrivée marque une nouvelle étape dans sa vie. Mais les rumeurs qu’elle entend sur l’auberge, puis l’accueil froid et peu amène que lui réserve son oncle ne la rassurent pas. Elle se sent encore plus en danger les soirs où elle doit rester dans sa chambre, car il lui est interdit de rencontrer les clients peu ordinaires de l’auberge. Pour l’aider à surmonter les difficultés de cette nouvelle vie, elle pourra s’appuyer sur Jem Merlyn, le frère de Joss, et sur Francis Darvey, vicaire d’Altarnun. Qui lui apporteront du soutien, mais aussi  d’importants ennuis…

 

Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas lu un roman d’aventures de ce genre. Un roman pleins de mystères, d’émotions, de sentiments naissants et d’intrigues à élucider. Et je dois avouer que j’ai pris du plaisir aux aventures de cette orpheline dans le pays de landes et de falaises de Cornouailles. Car oui, autant vous le dire tout de suite, il n’y a de Jamaïque dans ce roman que le nom de l’auberge (moi qui pensait naïvement que Daphné du Maurier m’emmènerait aux Antilles !!!).

 

Voilà donc un paysage désolé, où les vents maritimes sont violents, où la lande est parsemée de marais dangereux pour les visiteurs égarés. Le plus jeune frère de Joss et Jem s’est d’ailleurs noyé dans un de ses marais. De plus, le dénuement de Joss et de Patience est total : ils habitent une auberge qu’on croirait désaffectée, ne possédant aucun couchage pour les visiteurs de passage. Le salon est empli de meubles rongés, et rien n’est très engageant. D’autant plus que Joss interdit à Mary certains endroits de la demeure. Alors quand des chariots circulent et des hommes travaillent toute la nuit sous sa fenêtre, Mary se demande bien ce que pourra cacher cet endroit.

 

Avec Mary, le lecteur découvre la nature des agissements de Joss. Car si on ne visite pas la Jamaïque, on retrouve dans cette auberge des pirates d’une étrange forme. Avec Mary, on parcourt également la lande, où le brouillard tombe subitement et où on peut tomber nez à nez avec un vicaire albinos. Ou atteindre sans le vouloir la demeure crasseuse de Jem, le voleur de chevaux qui l’abandonnera plus tard sur le marché de Launceston. Bref, des aventures rocambolesques, dans lesquelles Mary joue à plusieurs reprises sa vie, mais dont elle se sort toujours relativement indemne.

 

Voilà donc un très chouette roman d’aventures, dans lequel on vibre à l’unisson des dangers rencontrés par Mary. Mais dont on saisit, un peu avant elle, d’où vient le véritable danger…

 

Les avis de Sandrine et Ingannmic (puisque Daphné du Maurier était l’aristochat de février-mars ! Ainsi que ceux de Karine :), Bladelor ou Lilly.

 

L'auberge de la Jamaïque, de Daphné du Maurier

Traduit de l'anglais par Léo Lack

Ed. Le Livre de Poche

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Neph 07/07/2009 19:32

C'est en lisant cet article que j'ai découvert ton blog, et j'ai enfin lu le livre : la boucle est bouclée :)

Yohan 07/07/2009 22:55


Content de voir qu'après ta découverte, tu sois revenue régulièrement par ici. Je vais voir ce que tu dis de L'auberge de la Jamaique, du coup !


Pascale 16/04/2009 09:07

ça doit être un des rares romans que j'ai lu plusieurs fois.Le film d'Hitchcock n'est pas vraiment à la hauteur et j'attends toujours la version qui balayerait tout sur son passage.Que d'aventures et d'émotions !!!ça me donne envie de  ressortir le livre en tout cas.

Yohan 18/04/2009 13:16


Je suis tout de meme curieux d'en voir une adaptation, meme si le film de Hitchcock semble relativement éloigné.
Et si ce billet te donne envie de lire une enième fois, c'est déjà cela de pris ;-)


Karine :) 10/04/2009 17:03

J'ai bien aimé aussi mais j'étais certaine que j'arriverais en Jamaïque!  J'ai mis quelques pages pour m'habituer à l'idée qu'en fait, non!!!  Mais je relirai certainement autre chose de Daphne duMaurier!!

Yohan 10/04/2009 21:34


J'ai eu cette idée là avant d'ouvrir le roman, mais j'ai vite renoncé à aborder les rivages antillais avec ce roman. Comme toi, je risque de lire autre chose de Daphné du Maurier, mais je serai
prévenu que je ne risque pas de quitter la Cornouaille !!!


julie 09/04/2009 22:14

aïe, désolée, je cause je cause, mais je n'ai pas le film, même en cassette!!! par contre je crois bien l'avoir vu chez Laure (c'était un coffret de 3 Hitchcock Anglais). J'espère ne pas me tromper.

Yohan 10/04/2009 21:32


Mais ne te désolé pas, tu m'as déjà mis au courant que ce film existe. Me reste maintenant à convaincre Laure de me preter ce film (je vais y travailler très prochainement ;-)


Bookomaton 09/04/2009 14:10

Presque ;-) J'adore la lande, les atmosphères embrumées et angoissantes... mais de loin, en bonne lectrice froussarde que je suis :-)

Yohan 10/04/2009 21:31


C'est souvent mieux la lande et les falaises installé dans son canapé. En revanche, quand l'action se déroule au soleil, je ne dirai parfois pas non à l'idée de remplacer les personnages ;-)