Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 février 2009 5 06 /02 /février /2009 09:21

Le Capitaine Cook vient d’aborder près de Tahiti. Il envoie Mr Banks à terre pour qu’il prenne contact avec les autochtones. Celui-ci a surtout pour mission d’inculquer à ces derniers les trois valeurs de la société britannique : le travail, la propriété et la moralité. Si les deux premiers principes sont inculqués relativement difficilement, le troisième est totalement incompréhensible pour les tahitiens. Ce qui donne lieu à une rencontre assez peu constructive…

 

Cette pièce de Jean Giraudoux est actuellement jouée au Studio-Théâtre d’Asnières. L’un des mérites de ce centre de formation de comédiens est d’offrir des distributions nombreuses. Ainsi, il y a sur scène une douzaine de comédiens différents, partagés entre représentants de la couronne britannique et tahitiens en pagne. Car oui, les tahitiens se promènent sur le sable vêtus d’un simple pagne, le corps couvert de tatouages (ce qui n’a pas manqué au public de pousser quelques soupirs d’étonnement, voire plus…). Pour les tahitiennes, leurs poitrines sont recouvertes de magnifiques soutiens-gorge végétaux, et je félicite d’ailleurs le responsable des costumes qui sont magnifiques.

 

Pour cette pièce, il est nécessaire d’accepter les conventions du genre. Giraudoux ne cherche pas à faire une description fidèle de l’arrivée de Cook, mais cette rencontre entre deux mondes opposés est pour lui l’occasion de mettre en perspective et en question les valeurs de l’occident. Ainsi, il est surprenant que les anglais et les tahitiens se comprennent parfaitement, hormis sur quelques mots étrangers à leur lexique comme travail, propriété et moralité. Une fois ce parti-pris accepté, on assiste à une rencontre comique entre ces personnages que tout oppose, sans que Giraudoux ne tombe dans la facilité. Et mettre en scène des anglais lui permet de critiquer assez clairement les habitudes de nos voisins d'outre-Manche. J’ai d’ailleurs trouvé que le début de la pièce, entre Mr Banks et le chef tahitien, est plus réussi, plus enlevé que la suite avec l’arrivée de Ms Banks.


Tous les acteurs sont intéressants, l’un d’entre eux est magicien et nous gratifie d’un tour qui émerveille les spectateurs comme les tahitiens en faisant sortir un œuf de sa cuisse. Félicitations donc au Studio-Théâtre de permettre l’éclosion de jeunes acteurs, et de mettre en scène une œuvre méconnue et non dénuée d’intérêt de Jean Giraudoux.

 

Je tiens à mettre en avant le travail de cette scène et de son directeur, car elle actuellement dans une situation délicate. La Drac d'Ile-de-France, direction régionale des affaires culturelles, a décidé de retirer ses subventions, ce qui place le Studio-Théâtre dans un dilemme financier. Subventions retirées pour des raisons sui me paraissent assez obscures, puisqu’il y a notamment des reproches faits à l’adaptation de la Cerisaie de Tchekhov, vue l’an dernier, et que j’avais trouvé très réussie. Pour en savoir plus, le directeur adjoint du théâtre a accordé une interview aux Trois coups. Et une pétition pour les soutenir est à signer ici.

Partager cet article

Repost 0

commentaires