Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 janvier 2009 4 29 /01 /janvier /2009 07:10

Soledad est née en Afrique du Nord, mais sa famille est originaire du sud de l’Espagne. Elle nous raconte l’histoire de celle-ci, en particulier celle de sa mère et de ses frères et sœurs, dont l’existence est marquée par une boîte. Cette boîte se transmet dans la famille de fille en fille, à l’âge adulte, et donne à chacune un pouvoir surnaturel. Cette histoire familiale hors du commun,  entre merveilleux et histoire espagnole, entre conte et réalité historique entraîne le lecteur au fond des grottes, le fait assister aux combats de coqs et lui fait surtout découvrir l’amour qui existe au sein de cette famille.


Voilà un beau roman très difficile à résumer, tellement il est foisonnant. L’histoire est racontée en trois livres. Le premier raconte la vie de Frasquita Carasco et de son mari, José. Frasquita est la mère de Soledad, et a plein d’autres enfants : Angela, Anita, Martirio et Clara, les filles, et Pedro El Rojo, le fils aux cheveux roux. José, obnubilé par un coq, Dragon Rouge, joue toute sa fortune dans les combats qu’il lui fait disputer, et va même jusqu’à perdre sa femme. Frasquita revient donc à Heredia propriétaire du coq vainqueur. Le deuxième livre est le départ de Frasquita, et sa vie avec les anarchistes dans les grottes. Le troisième livre raconte la traversée de la Méditerranée, et la vie en Afrique, avec notamment la naissance de Soledad.

 
Ce qui frappe immédiatement dans ce roman est la dimension merveilleuse du récit (il paraît qu’il ne faut pas confondre merveilleux et fantastique). Frasquita est une couturière hors pair, qui répare tout : un homme à son ombre, des robes de mariée qui assurent pérennité au mariage, un coq à l’agonie… Elle arrive meme à deviner la dimension précise des robes que porteront ses filles le jour de leur mariage. Chacun des enfants aura lui aussi un don : Clara brille telle une luciole,… Il y a également l’image de l’ogre, celle des deux vieilles femmes du village qui aident les femmes à accoucher, ou à enterrer les morts. Tout le roman est truffé de scènes merveilleuses, où la peur se joint à l’étonnement.


Mais il y a également une dimension historique au récit. Outre la plongée dans l’Espagne rurale du début du XXeme Siècle, on assiste à distance aux combats entre anarchistes et troupes militaires, dont on peut supposer qu’ils sont les prémices de la guerre d’Espagne. Ce combat donne d’ailleurs lieu à une terrible scène dans les entrailles de la montagne, avec une course-poursuite démoniaque.


Si j’ai apprécié l’ensemble du roman, c’est le deuxième livre, plus historique, qui m’a le plus emballé. En discutant lors du Club des théières, Chiffonnette a insisté sur l’aspect très féminin du texte : les femmes, silencieuses, dirigent finalement toute la famille, de gré ou de force. Si cet aspect de la lecture ne m’a pas sauté aux yeux sur le coup, il est vrai que ce roman est un hommage aux femmes, à leur arrivée dans l’ âge adulte, mais il est tout à fait lisible par les hommes (je dis cela car je sais que c’est parfois une question qui se pose, même si je ne suis pas du tout persuadé qu’il y ait un sexe à la littérature).


Je remercie Laetitia pour le prêt du roman, qui m’avait parlé de l’analogie avec La maison aux esprits d’Isabel Allende. La parenté est évidente, mais Carole Martinez inverse la proportion merveilleux/historique pour donner la primauté à la première partie. Les billets sur ce livre commence à faire florès que les blogs, notamment chez Fashion, Emeraude…., et s’attire un joli petit succès, un an et demi après sa sortie !

 

Le coeur cousu, de Carole Martinez

Ed. Gallimard

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Hermine 29/12/2011 23:30


J'ai beaucoup aimé ce roman , émouvant et apaisant , à l'écriture légère et dense à la fois. Contrairement à toi, j'ai trouvé la deuxième partie longuette , parce que Frasquita et ses enfants
n'étaient plus au premier plan et que j'avais hâte de les retrouver.eux! Tant pis pour l'histoire de l'Espagne et ses anarchistes...

Yohan 30/12/2011 22:38



Content d'avoir ton retour sur ce roman que tu as finir, maintenant que tu as du temps libre depuis le départ de tes enfants et petits-enfants ;-)


Bonne fin de vacances, et bon réveillon !



Marsup 18/02/2009 16:19

Il est moi aussi dans ma pile à lire !!! J'ai hâte de le découvrir !

Yohan 19/02/2009 17:04


Eh bien, ne laisse pas trop traîner, cela vaut le coup !!!


Mlle Curieuse 03/02/2009 12:07

J'ai adoré ce livre ! C'est vrai qu'il est difficile à résumer ! Je suis ravie de voir l'emballement des blogs littéraires pour ce premier roman.

Pour retrouver mon post :
http://booksandcuriosity.blogspot.com/2009/01/le-coeur-cousu.html

Yohan 03/02/2009 22:58


Oui, c'est assez surprenant cette engouement à retardement pour ce livre, qui le mérite amplement par aileurs


fashion 31/01/2009 22:46

Je suis comme Chif', c'est l'aspect féminin qui m'a interpelée. Un très très beau roman.

Yohan 03/02/2009 22:17


Comme je l'ai dit, ce n'est pas l'aspect qui m'a le plus frappé, mais je comprends qu'il vous ait intéressé. 


chiffonnette 30/01/2009 21:00

Un succès mérité! C'est vraiment un superbe roman! Mais je ne voulais pas dire par là qu'il ne pourrait pas être apprécié par la gent masculine! Juste que c'est une histoire de femme et très centrée sur la transmission entre femmes! Mais ce n'est pas le seul intérêt du roman et heureusment!

Yohan 31/01/2009 10:12


J'avais bien compris ton intervention dans ce sens, mais c'est dans la suite des discussions que la question du roman "pour les dames" s'est posée.
Ce roman est de toutes manières tellement foisonnant, que chacun pourra y trouver un intéret.