Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 09:11

Jamal Malik est un homme chanceux : candidat à Qui veut gagner des millions en version indienne, il est sur le point de décrocher le pactole. Mais des soupçons apparaissent, sa probité est mise en doute : comment ce garçon, serveur de thé dans un centre d’appels, peut-il répondre là où les avocats ou les professeurs se trompent. Mais en plongeant dans l’histoire de ce jeune homme, on découvre pourquoi il réussit à gravir un à un les échelons du jeu, jusqu’à devenir une vedette pour tous les pauvres du pays.

 

C’est une impression étrange que celle d’avoir eu le sentiment de partir pendant plusieurs heures dans une contrée lointaine, alors qu’on vient juste de passer 2 heures sur un fauteuil. Mais c’est exactement ce que j’ai ressenti devant ce film éclectique, foisonnant et entraînant.

 

Jamal Malik est au cœur de cette aventure. Dès le départ, on navigue entre le strass du plateau télé et la violence de l’interrogatoire policier, jusqu’à l’utilisation de la gégène. Le ton est donné, puisque le spectateur sera constamment balloté entre la misère du peuple indien et les espoirs suscités par le jeu.

 

On revit toute l’histoire de Jamal, de la mort de sa mère à la suite d’une ratonnade envers les musulmans indiens (ce qui a résonance terrible avec les événements récents) à la mafia locale qui n’hésite pas à réduire en esclavage de jeunes enfants pour en faire des pourvoyeurs de fonds. On voyage dans les bidonvilles, dans les toilettes publiques que les enfants font payer, dans les décharges et finalement dans les centres d’appel que les occidentaux ont installé là-bas pour réduire leurs frais (oui, ceux qui vous appellent le samedi à 8h pour vous vendre une encyclopédie !).

 

Et puis il y a la traditionnelle histoire de famille avec son frère Salim, qui prendra un chemin différent, et l’incontournable histoire d’amour avec Latika, que Jamal perd de vue mais pour qui il prend tous les risques, afin de la retrouver et de la sortir des griffes du mafieux qui la contrôle. Si ces moments et le dénouement sont relativement attendus, Dany Boyle parvient à les incorporer à un ensemble énergique, ce qui ne rend pas ces scènes trop guimauves.

 

A noter le très bon montage, ainsi que la bande originale qui accompagne tout le film. Avec en particulier un hommage final à Bollywood tout à fait savoureux !

 

Voilà donc vraiment un film surprenant, un conte moderne qui vous amènera loin, et qui s’il présente une situation très peu enviable de l’Inde, ne tombe pas dans un misérabilisme larmoyant. Il y a de l’action, du rire avec Salim et Jamal jeune, de l’amour, bref, tous les ingrédients pour faire un bon film. Et les acteurs, tous indiens, sont tous très bons dans leur registre. Vraiment une belle surprise, et chapeau au réalisateur de la bande-annonce, qui m’a donné envie de voir ce film tout en évitant de raconter les trois quarts de l’histoire.

 

L’avis de Pascale

Partager cet article

Repost 0

commentaires

choupynette 07/03/2009 11:56

Voilà un film que je suis allée voir après ses oscars. J'ai passé un excellen tmoment de cinéma. Comme tu le dis c'est très bien filmé, les acteurs sont au diapason. Cependant, je suis quand même un peu perplexe devant toutes les récompenses reçues. C'est en effet un bon film, mais de là à en faire un chef d'oeuvre...

Yohan 07/03/2009 12:44


Je pense que c'est un phénomène assez répandu qu'un film inattendu et réussi rafle beaucoup de récompenses, quitte à etre surévalué. Pour les oscars, l'absence des Noces rebelles, par exemple, est
assez incompréhensible. Pour Slumdog Millionaire, on verra ce que deviendra ce film dans quelques années.

Mais nous avons exactement le meme chose en France, avec Séraphine. Que Yolande Moreau gagne un césar est totalement justifié. Ensuite, de là à dire que c'est le meilleur film de l'année, il y a un
pas que je ne franchirai pas. Laisser de coté Entre les murs et Un conte de Noel, qui propose une réflexion cinématographique autre, est étrange. Car au final, Séraphine reste une biographie
joliment filmée, avec un sujet intéressant, mais pas du tout novateur d'un point de vue formel.


amanda 24/02/2009 22:45

je viens de le voir, et j'en sors tout à fait charmée, voire enthousiaste. Oui l'histoire d'amour est rajoutée, voire un peu téléguidée (et à vrai dire j'ai trouvé l'actrice un peu trop jolie pour le rôle), mais c'est un très bel album sur ce pays, les images sont superbes, la réalisation très nerveuse et rythmée. Bref, je me suis régalée, et j'avoue préférer le film au roman, que j'ai lu en aimant bien mais bon, sans plus.

Yohan 27/02/2009 12:18


Content que ce film t'ait plu ! Et si tu le trouves meilleur que le livre, raison de plus pour ne avoir pas anvie de le lire !


Emeraude 30/01/2009 21:59

j'ai trouvé que c'était un très très bon film !! Je n'ai pas encore lu le livre. Si le prochain thème du cdt me le permet, je le lirai pour l'occasion ! ;-)

Yohan 31/01/2009 10:14



Je n'ai pas forcément l'intention de lire le roman, je verrais. Pour le cdt, cela ne tient pas qu'à nous !!!



Sibylline 29/01/2009 10:07

Sibylline 28/01/2009 22:39

PS: C'était en anglais sous-titré français et je constate que je comprends bien l'anglais quand il est parlé par les Indiens.

Yohan 28/01/2009 23:26


Je ne sais pas si c'est rassurant pour ton anglais ;-)))