Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2009 6 17 /01 /janvier /2009 14:33

Gabriel a tout pour être heureux : une épouse, un enfant qui s’annonce. Mais il plaque tout et quitte le nid conjugal pour vivre seul. Gabriel est tourmenté par des secrets. Il se rend à la synagogue pour tenter de trouver l’apaisement. Mais les événements qui ont marqué sa vie remontent à la surface et le submergent : sa sœur, fauché par un chauffard ivre, ses parents, muets sur cet accident qui a bouleversé leur vie et sur l’histoire de leur propre famille. Surtout, c’est le silence qui étouffe Gabriel : il n’a jamais osé raconter à son épouse ou à son meilleur ami, qui a vécu un drame similaire, l’histoire de cette sœur trop vite disparue. Et c’est à l’occasion d’un voyage professionnel en Hongrie qu’il va découvrir ce que ses parents n’ont jamais voulu lui dire.

 

Ce roman m’a laissé une impression étrange, double. Commençons par le positif (qui prend le pas sur les points plus négatifs, tout de même !). C’est une histoire sur un secret de famille, thème à la mode actuellement, que ce soit en littérature (avec le très bon livre de Philippe Grimbert) ou au cinéma. Ici, l’originalité est que ce secret est double. Le personnage de Gabriel est à la fois victime et propagateur de secrets qui le minent.

Victime, car les parents de Gabriel ne lui parlent pas de leurs propres parents, d’origine hongroise. Grands-parents que Gabriel découvre par hasard lors d’une visite d’un cimetière de Budapest. Mais il n’arrive pas à ne pas faire subir à son entourage ce que ses parents lui ont fait subir. Ils lui cachent ainsi  la mort de sa sœur. Cette incommunicabilité le détruit, l’empêche de construire ce que tous considèrent comme une vie de famille classique. C’est la découverte par sa femme d’une lettre où il raconte la peur de devenir père qui déclenche la rupture, lettre qui donne lieu à un très beau passage du roman.


Il y a aussi la trace de la littérature d’Europe Centrale qui irrigue tout le roman. Gabriel est traducteur, spécialiste de Thomas Mann. Il a contracté l’amour de la littérature chez un libraire de la campagne champenoise, chez qui il dépensait tout son argent de poche.


Néanmoins, je n’a pas été complètement emballé par le récit. Je pense que cela tient à la narration de ce roman. Car si c’est agréable à lire, je n’ai pas ressenti le trouble de Gabriel, qui est le narrateur. Ce choix de la première personne ne me parait cohérent avec une écriture léchée, où on ne ressent pas les hésitations, les tourments de Gabriel. On sent ce trouble par moment, avec un récit éclaté, mais pas aussi intensément que je l’aurai imaginé.


Voilà un premier roman agréable, bien écrit, mais dont le choix de narration ne m’a pas séduit. Un premier essai néanmoins prometteur.

 

P.S. à Sabine Wespieser, l’éditrice : Dans ce genre de roman, le lecteur imagine souvent une part autobiographique au texte. Dans Le secret, Philippe Grimbert explique clairement qu’il raconte son histoire. Ici, on ne sait pas si Gabriel et Jean sont les mêmes personnes. Ce qui ne me dérange aucunement, chaque lecteur imaginant sa version. Mais l’éditrice jette le trouble en indiquant en quatrième de couverture que l’auteur est originaire d’Europe de l’Est, comme le personnage. Remarque que je trouve de trop, car elle crée un mystère qui donne l’impression d’avoir lu un roman dont on ne sait pas tout, dont le lecteur n’a pas toutes les clés. Si rien n’avait été indiqué, j’aurai pris cela pour une fiction. Là, je suis dans un entre-deux qui me laisse une impression d’inachevé assez frustrante !

 

Les bains de Kiraly, de Jean Mattern

Ed. Sabine Wespieser

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Franck Bellucci 17/01/2009 15:25

Le sujet de ce premier roman me semble tout à fait intéressant et rejoint des thématiques qui me parlent. L'idée du double secret, subi pour l'un et entretenu pour l'autre, me paraît aussi plutôt bonne. Enfin ce que tu écris, cher Yohan, sur le système de narration adopté par l'auteur ne me laisse pas indifférent tant c'est un choix difficile à opérer et dont les conséquences sont en effet essentielles...

Yohan 24/01/2009 17:22


Je suis curieux d'avoir ton avis sur ce roman !!!