Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 08:46

Quelle étrange sensation de lire un roman et de s’apercevoir au bout d’une centaine de pages qu’on connaît l’histoire et les personnages, puisqu’on en a vu le film qui en a été tiré ! C’est exactement ce qui m’est arrivé en lisant le roman de Jim Thompson, 1275 âmes.


Nick Corey est shérif dans une petite ville des Etats-Unis,
Pottsville, qui compte 1275 habitants. Nick est fainéant, mais il en a assez d’être considéré comme un moins que rien, et il décide de prendre sa vie en main. Mais il a une manière un peu radicale de remettre sa vie professionnelle et amoureuse sur les bons rails…


Roman lu dans la collection Folio policier, il s‘agit néanmoins bien plus d’un roman noir que d’un policier classique. Nick Corey est bien shérif, mais au lieu d’élucider les meurtres et de régler les conflits dans son patelin perdu, il participe aux exactions commises. Pour régler le problème du proxénétisme, la solution qu’il trouve est de liquider les deux maquereaux. De même, pour se débarrasser du mari de sa maîtresse, un homme violent et raciste, il décide de le tuer. Dans tous les cas, Nick parvient à monter des bobards qui lui permettent de se disculper, une fois en saoûlant le shérif de la grande ville voisine qui s’accuse du meurtre des maquereaux (ce qui donne lieu à une scène très drôle), une autre fois en faisant croire à un règlement de compte.


Nick est donc fainéant, lâche et hautement antipathique : il manipule tous les membres de son entourage pour arriver à ses fins. Mais ceux-ci sont aussi horribles que Nick. Il y a tout d’abord Myra, la femme de Nick, et son frère Lennie, une baraque abrutie. Myra déteste son mari, l’accuse de tous les maux et prend systématiquement la défense de son frère. Pour échapper à cette tigresse domestique, Nick se réfugie chez Rose Hauck, sa maîtresse, ou chez Amy, celle qui aurait dû devenir sa femme. Seules ces deux dernières semblent posséder un peu de raison dans ce village complètement fou.

Toute l’histoire est vécue du point de vue de Nick. On saisit ainsi toutes les combines qu’il met en place, on s’étonne et s'épouvante face au machiavélisme dont il fait preuve pour se sortir des situations dans lesquelles il se fourre. Tout cela semble très amateur, mais Nick a pensé à son plan depuis longtemps, ce qui le rend hautement détestable. De plus, lorsque sa situation de shérif risque d’être compromise lors des élections suivantes, il n’hésite à calomnier indirectement son adversaire. Et il fait une nouvelle fois preuve d’une grande habileté.


J’ai beaucoup apprécié ce roman, et notamment l’écriture de Jim Thompson, orale et très « populaire ». On plonge avec cet anti-héros dans les bas-fonds des Etats-Unis des années 50, avec le racisme et le sexisme ambiant, les rivalités de village,… L’histoire est noire, très noire, cynique et désabusée comme le héros, mais c’est un vrai plaisir de lecture que ce roman. Seul petit bémol pour la fin en queue de poisson.

Pour ce qui est du film qui en a été tiré, il s’agit du très bon film de Bertrand Tavernier, Coup de Torchon. L’action est déplacée en Afrique, mais on retrouve la lâcheté de Nick incarné par Philippe Noiret, avec à ses côtés Isabelle Huppert, Stéphane Audran, Eddy Mitchell ou Jean-Pierre Marielle. J’ai gardé un très bon souvenir du film, et la lecture du roman m’a donné envie de le revoir !


L’avis de Laurence

 

1275 âmes, de Jim Thompson

Traduit de l'anglais par Marcel Duhamel

Ed. Folio - Policier

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Bertrand P 10/01/2013 12:27


Excellent résumé et bonne analyse du livre. Comme vous j'ai découvert le livre après avoir vu le film qui en a été adapté. Mais je savais en le lisant que Tavernier /Aurenche l'avaient fait.
Passionnant de voir ce qui reste dans le scénario et comment ils l'ont fait.

Yohan 28/01/2013 21:43



Merci Bretrand ! Les adaptations de roman ne sont pas toutes réussies, mais voir les deux oeuvres en parallèle est intéressant quand tout cela est réussi !