Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 décembre 2008 6 27 /12 /décembre /2008 07:40

Un homme s'entretient par lettres interposées avec Charlotte, son aimée. Mais l'entretien n'est pas banal : il se fait avec l'au-delà, car Charlotte a mis fin à ses jours un an plus tôt. Cette correspondance fait le point sur la relation entre Charlotte et son amour, narre leur rencontre, leur histoire et le moment funeste où Charlotte décide de quitter le monde des vivants, laissant seul un homme qui a du mal à se remettre de cette perte.

Le roman de Régis Jauffret à la base de ce texte a beaucoup fait parler de lui depuis septembre. Avant d'assister à cette représentation, je n'avai pas lu le roman en question, mais je connais un peu le monde de Jauffret (depuis quelques mois, ses Microfictions m'accompagnent dans mes voyages quotidiens) . C'est donc vierge de toute impression extérieure que j'ai découvert le texte, et il est évident que c'est une très belle et troublante correspondance que livre Jauffret.

Sur scène, un homme, l'auteur et héros malheureux de cette histoire d'amour qui a mal fini. Régis Jauffret a son texte la main, il s'y reporte parfois, mais connaît par coeur la grande majorité du texte présenté pendant une heure. La mise en scène est simple et efficace, permettant un passage rapide du personnage de Jauffret à celui de Charlotte. Avec, lorsque Charlotte parle, un jeu de lumières qui multiplie le visage de l'acteur est très intéressant.

Sur le texte en lui-même, on ressent  la souffrance de Jauffret face à cet événement inattendu. Mort inattendue, comme l'a été la relaion avec Charlotte. Une Charlotte qui fait assez peu de cas du chagrin de celui qui a partagé sa vie : elle l'appelle "Mon pauvre amour", et n'hésite pas à le mettre en difficulté. Charlotte est loin d'être réconfortante. Régis Jauffret, en donnant un tel ton à ce personnage, ne se ménage pas, comme il ne ménage jamais aucun de ses personnages de roman. On sent une nécessité à écrire ce texte, à faire part de cette expérience pour pouvoir en surmonter la douleur.

J'ai passé un moment touchant, émouvant, en comagnie d'un auteur qui n'a pas hésité à monter sur scène pour présenter son propre texte. Et ceci est d'autant plus admirable que ce texte parle de lui et de ce qu'il a vécu. Je suis maintenant curieux de lire le roman, qui est plus riche et comporte plus de scènes que ce qui a été présenté sur scène (d'après ce qu'on m'a dit, bien sûr).

L'avis de Laetitia (pour qui j'ai rédigé ce billet suite à sa demande pressante ;-)

Partager cet article

Repost 0

commentaires