Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2008 5 19 /12 /décembre /2008 07:40

Léa est danseuse. Elle aime les espaces, une pièce de son appartement est vide pour qu’elle puisse s’exercer. Sa relation amoureuse avec Bruno, un peintre, est tumultueuse : elle souhaite maîtriser son corps, et n’accepte pas de se livrer, de s'abandonner en posant pour son compagnon. Mais son univers est ébranlé par un appel téléphonique de sa mère, car celle-ci doit absolument lui parler d'un événement important. 


Léa prend donc la route pour rejoindre sa mère, qui habite en bord de mer, où sévit la tempête. Et la tempête va se propager à son esprit, car Léa est bousculée par les révélations de sa mère.

 

C’est un très joli roman que signe Jeanne Benameur avec Laver les ombres. C’est un court roman, qui prend le temps d’installer la situation : on suit d’abord longtemps Léa, chez elle, puis à l’extérieur. On découvre son rapport obsessionnel à la danse et à la maîtrise de son corps, ce qui l’empêche de s’abandonner, de se laisser aller devant le regard de Bruno.

 

Et puis cette narration alternée instille un mystère : qui est Romilda, qu'on voit pendant la seconde guerre mondiale, en Italie ? Après l’espace et la maîtrise de Léa, on ressent l’enfermement, l’oppression et la soumission de Romilda. Puis le lien qui unit ces différents protagonistes s’éclaire, bien qu’on le devine rapidement. On quitte peu à peu l’Italie pour s’installer en France, et découvrir le secret que cache la mère de Léa.

 

Le dévoilement du secret est d’ailleurs lui aussi l’objet d’une narration très particulière. Jamais de dialogue, ni de narration à la première personne, mais un narrateur externe plein d’empathie pour les personnages. Ce qui donne un ton très original, à la fois discret, puisque les révélations sont suggérées, et plein de compassion pour Léa, qui perd pied face à ce bousculement intérieur.

 

Voilà un court roman qui emmène son lecteur bien loin, dans les bas-fonds de l’Italie de la guerre ou dans la peau de la danseuse. Un livre tout en finesse, à l’intrigue principale assez remuante, que Jeanne Benameur réussit à exploiter sans en faire trop sur un sujet qui pourrait s'y prêter. 


L’avis de Sylire (où il y a pleins d’autres liens)

 

Laver les ombres, de Jeanne Benameur

Ed. Actes Sud

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Leiloona 27/12/2008 20:20

"Les Demeurées" : un court récit dont on ne sort pas indemne. :)

Yohan 28/12/2008 10:20



Merci pour la recommandation !



Leiloona 27/12/2008 15:35

Ce n'est pas mon préféré de Benameur, mais j'ai tout de même aimé me plonger dans ce récit.

Yohan 27/12/2008 17:27


Lequel me conseillerais-tu, dans ce cas ?


Karine :) 21/12/2008 18:55

Je crois que c'est le seul roman de Benameur qui ne tente un peu... probablement parce que le personnage est danseuse!!

Yohan 22/12/2008 11:00


Je n'ai rien lu de cet auuteur avant, et ne sais pas du tout de quoi parle les autres. J'ai choisi celui-ci par hasard, et c'est vraiment un joli roman !