Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2008 1 15 /12 /décembre /2008 10:29

Voilà une pièce assez déroutante, qui dure un peu moins d’une heure, et que j’ai appréciée.


Le dépeupleur est un texte de Samuel Beckett. Dans ce texte, il raconte la vie au sein d’un cylindre de « cinquante mètres de pourtour et de seize mètres de haut ». Dans ce cylindre s’agitent des individus, qualifiés de « chercheurs ». Le but de leur quête : des échelles, situés sur le bord du cylindre, qui permettent d’accéder à des niches percées dans le mur. La pièce nous présente les règles mises en place pour que cette société fonctionne : une personne par échelle, mais priorité à la descente, le fonctionnement des queues pour accéder à une des 15 échelles,…

 

Ce texte est présenté dans un décor simple : un bout de cylindre, avec un encadrement noir qui fait ressortir le fond blanc. Des dessins figurent les échelles, et les personnages sont représentés par des petites figurines en métal. Au milieu, un homme, qui raconte le fonctionnement de ce monde clos, ses habitudes et ses conventions.


La mise en scène d’Alain Françon et de Michel Didym, bien que simple, est assez intéressante : l’acteur (Michel Didym), d’abord immobile, occupe de plus en plus la scène, prend de l’ampleur, se déplace, jusqu’à finir allongé au milieu des personnages métalliques.


Le spectacle est court, un peu moins d’une heure, mais passe à une vitesse extraordinaire. C’est typiquement le genre de spectacle où l’esprit se met parfois à divaguer, mais il finit toujours par revenir sur la scène, où il retombe sur ses pieds. Ce texte met en avant l'absurde de la situation de ces chercheurs : pourquoi cherchent-ils ? Quel est leur véritable objectif, puisqu'ils recommencent incessamment les mêmes gestes : faire la queue, grimper à l'échelle, redescendre ? C'est aussi un monde qui a sa propre hiérarchie sociale : ceux qui réussissent, les autres qui baissent la tête et renoncent à chercher. C'est un microcosme révélateur de nos propres comportements. 


Un spectacle intéressant, sur un texte que je connaissais pas du tout de Beckett, et qui m’a fait passer une agréable soirée.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Laëtitia 16/12/2008 10:12

Tu connais le jeu video des Lemmings ?! Ta description m'y a fait penser très fort ! Tous ces petits bonhommes qui avancent sans s'arrêter, ceux qui creusent, ceux qui construisent un escalier, ceux qui posent des bombes etc...

Yohan 18/12/2008 15:32


Les lemmings, ç ame dit vaguement quelquechose, mais je ne crois pas y avoir jouer. C'est un peu comme les shadocks aussi, sauf qu'il manque les Gibis !