Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2008 1 17 /11 /novembre /2008 07:40

Epouse-moi est une comédie musicale. Sur un sujet a priori facile (ce que confirme le début de la pièce), l’auteur et le metteur en scène réussissent à surprendre le spectateur, et à l’emmener loin de cette histoire a priori banale.

   

Alex et Mathilde, un jeune couple, sont en passe de se marier. Mais la veille du mariage, rien ne se passe vraiment comme prévu. Mme Pelbot, la mère d’Alex, qui n’apprécie pas sa future belle-fille, vient mettre son grain de sel dans cette histoire. Et c’est sans compter les conseils un peu bêtes de Charlie, le meilleur ami d'Alex, et l'intervention de Rosemarie, la fille d'Alex et Mathilde. Les questions qui assaillent Alex deviennent tellement nombreuses, que le mariage est de plus en plus compromis…

 

Pour être totalement honnête, j’ai assisté à ce spectacle car j’y ai été invité par ma professeur de théâtre, qui joue le rôle de Mme Pelbot. Ce n’est pas forcément le genre de spectacle auquel j’assiste, mais j’ai apprécié cette pièce.

 

Le début m’a un peu fait peur, car j’ai craint l’histoire banale de la veille du mariage qui tourne mal et qui fait que rien ne va. Si c’est effectivement ce qui se passe pendant le  premier tiers de la pièce, l’histoire prend ensuite un tour beaucoup plus intéressant, avec la révélation de la vraie identité de Mme Pelbot, et l’intervention de la petite Rosemarie apporte une touche d’insolite et de complexité tout à fait bienvenue.

 

Au niveau des chansons, certaines sont plus réussies que d’autres, car plus décalées. Je retiens notamment la chanson pleine de plaintes et de reproches de Mme Pelbot, ainsi que celle où Mathilde perd sa douceur pour exprimer tous ses fantasmes. Il y aussi l’intervention de Mmes Cohen et Lévy qui racontent à Alex son enfance. Point remarquable que l’apparition dans le spectacle de ces juives, dont l’auteur n’hésite pas à se moquer (ce que tout le monde, aujourd'hui, n’ose pas faire).

 

Voilà donc un spectacle agréable, qui sous de faux airs de légèreté est bien plus construit et interrogatif que ne le laisse présager le titre. La fin n’est pas surprenante, mais le traitement de cette histoire de mariage sort de l’ordinaire.

Le spectacle se joue jusqu’au 14 décembre au théâtre douze, dans le douzième arrondissement de Paris.

 

Le site de la pièce.

Partager cet article

Repost 0

commentaires