Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 novembre 2008 6 15 /11 /novembre /2008 12:37

Hellboy est un être mi-homme mi-démon, au physique assez atypique : il est rouge, avec des cornes sur la tête, une queue et la main droite en pierre. Il travaille au sein du BPRD, bureau de prévention et de recherche du paranormal, avec Abe Sapien, un scientifique capable de détecter la vie grâce à ses mains, et Liz, qui s’enflamme quand elle est contrariée. L’équipe reçoit le soutien de Johan Krauss, autre être étrange à l’accent germanique, car un grand danger pèse sur l’humanité : le prince Nuada veut combattre les humains qui détruisent la nature, et il souhaite réveiller les légions d’or, armée indestructible mise en sommeil depuis plusieurs millénaires...

 

C’est le premier film de Guilhermo Del Toro que je vois, puisque je n’ai pas vu ni le premier épisode de Hellboy (l’affiche avec le gros fusil m’avait beaucoup refroidi) ni Le labyrinthe de Pan, qui avait eu droit à de nombreuses critiques très positives. L’univers mis en place par le réalisateur est assez fascinant : le nombre de créatures étranges et inquiétantes est impressionnant, et chacune possède ses propres caractéristiques. Il y a ainsi un Dieu des forêts, plante gigantesque qui a le pouvoir de rendre fleuri tout ce qui est touché par sa sève.  Ou bien cet ange représentant la mort, avec les ailes déployées possédant chacune un œil. Sur le plan visuel, on sent toutes les influences fantastiques (que Pascale évoque très bien dans son billet) importantes de ces dernières années. En plus, le réalisateur n’hésite pas à introduire de l’humour chez ces créatures monstrueuses.

 

Outre l’aspect fantastique, c’est le traitement de Hellboy lui-même qui m’a le plus intéressé. C’est un super-héros, mais loin de l’image policée d’un Superman, Batman ou Spiderman. Dans les films de ces super-héros, il faut un bon méchant pour avoir un bon film (comme le dernier Batman, par exemple). Ici, on se moque du méchant. Hellboy est un personnage tellement paradoxal, qu’il attire toute l’attention. Paradoxal, car son physique est celui d’un ennemi du bien. Or, il met ses services au profit de l’humanité, et cherche même à tout prix à être reconnu comme un humain à part entière.

 

Surtout, en dehors de cet aspect de super-héros, sa vie quotidienne est très semblable à celle d’un banal humain. Il aime boire de la bière, il est totalement désordonné, il a des moments de conflit avec Liz, sa compagne. Bref, c’est un homme moyen, sauf qu’il a une carapace qui fait de lui un être extraordinaire. Et c’est ce paradoxe qui donne selon moi une grande partie de son intérêt au film. Car pour l’intrigue, si on la suit sans déplaisir, ce n’est pas le centre véritable du film.

 

Ce film a donc été la découverte d’un personnage atypique, sauveur de l’humanité et mauvais homme de maison. Je ne jurerai pas que j’irai voir le prochain épisode au cinéma, l’histoire développée n’étant pas ce que je préfère, mais je vais essayer de trouver le premier épisode de la série, pour voir ce que j’ai loupé.

 

Au fait, l’acteur qui joue Hellboy est relativement connu, mais difficilement reconnaissable : c’est Ron Perlman, qui joue notamment le rôle de Salvatore, le demeuré qui finit brûlé dans Le nom de la Rose.

 

L’avis de Pascale, de Gilles.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

coeurdechene 31/12/2008 14:04

J'y ai mis le temps, mais je l'ai enfin vu :p
Et je dois dire que je n'ai pas boudé mon plaisir.

Red (pseudo de Hellboy) est toujours aussi... "nature". Très cynique, complètement je-m'en-foutiste et d'une extrême maladresse avec Liz... En même temps, saurions nous faire mieux ? (je l'espère...)

Je n'ai pas retenu la BO. Elle ne m'a pas spécialement marquée, par contre j'ai eu du mal à me concentrer sur Nuada tellement son maquillage me faisait penser au méchant de Ghost of Mars, le film de Carpenter...
Ceci dit, le concept des décors souterrains et tout ce qui touche à cette culture "disparue" est vraiment magnifique. On sent bien la patte fantastique de Del Toro derrière. Certains décors se rapprochent pas mal du Labyrinthe de Pan d'ailleurs.

Niveau humour, c'est pas la grosse poilade, mais il y a juste ce qu'il faut pour atténuer le stress dû à certaines situations et permettre au spectateur de prendre du recul sur les scènes. Je l'ai trouvé très bien dosé.
Mention spéciale à la scène où Red et Abe se bourrent la gueule et commencent à chanter puis à philosopher sur les femmes et l'amour. Exceptionnel !

J'ai été beaucoup moins convaincu par le Marché des Trolls. C'est assez bizarre de voir tout ce bestiaire souterrain exposé là. D'ailleurs, ça plus l'aperçu des bureaux du BRPD vus au tout début du film m'ont projeté vers Men In Black, film que j'ai beaucoup apprécié au demeurant, mais complètement à l'encontre de l'univers de Hellboy. Les crétures démoniaques sont banalisées dans cet opus alors que dans le précédent l'apparition des créatures résultaient d'une invocation ou d'un appel spécifique aux forces obscures. C'est le seul truc qui m'a un peu gêné aux entournures.

Malgré tout, je n'ai pas boudé mon plaisir. Et s'il en est prévu un autre, je signe de suite (en espérant que le prix de la place de ciné aura baissé d'ici là... Ah, Noël est passé ? Bon... J'irais poser un cierge alors.) :D

Yohan 03/01/2009 17:05


Merci pour tes impressions argumentées, et développées. Je suis d'accord sur l'aspect comique, pas trop étouffant mais avec juste ce qu'il faut de décalage. Pour les décors, je ne connais pas assez
les oeuvres fantastiques pour effectuer beaucoup de parallèles, mais le marché des Trolls m'a assez impressionné. Et les décors souterrains sont effecivement très intéressants. 
Pour les prix, je ne pense pas, malgré la crise, qu'ils subiront une baisse importante. Malheureusement !


Coeurdechene 17/11/2008 19:33

Je ne l'ai pas encore vu, mais compte combler cette lacune cette semaine, avant les grosses sorties de fin damnée (sic.) qui le feront disparaître des écrans.

Del Toro est un réalisateur que j'aime beaucoup et si ce n'est déjà fait, je te recommande de voir son Labyrinthe de Pan qui est un petit chef d'oeuvre.
Mais surtout, je l'attends au tournant car il a débuté ce mois-ci la réalisation de Bilbo le Hobbit, sorties prévues pour 2010 et 2011, deux films en préquelle au Seigneur des Anneaux, avec Peter Jackson et Fran Walsh aux scénarii. En fait, quand je dis je..., c'est toute la communauté de fans qui garde un oeil attentif sur la question :D

Je reviendrais te dire ce que j'en ai pensé.

Yohan 17/11/2008 23:36


Je me doutais bien que tu allais voir ce film. Le labyrinthe de Pan figure parmi les films très intéressants que j'ai raté l'an denrier, et j'espère rattraper mon retard.
Pour ce qui est de Bilbo le Hobbit, c'est évident que Del Toro prend un grand risque, à la fois par rapport à Tolkien, mais aussi par rapport à Jackson. Il faudra guetter cela. Et j'attends d'avoir
ton avis sur le film !!!


fashion 17/11/2008 16:53

J'ai trouvé cet épisode sympa mais moins bon que le 1. La grande force de del Toro, c'est comme d'habitude la réalisation, qui est quand même plus spectaculaire dans le premier. L'utilisation du fantastique est pas mal (surtout la mort et le dieu-arbre) mais ça part quand même un peu dans tous les sens, sans compter que l'interrogation sur le héros est devenue un cliché inhérent au genre du super-héros... J'ai trouvé aussi la scène comique finalement assez malvenue, même si elle est en elle-même drôle. Bref, je suis un chouïa déçue.

Yohan 17/11/2008 23:34


N'ayant pas vu le premier, je ne peux pas comparer. Pour ce qui est du héros et de son introspection, ce n'est pas sa réflexion sur lui-meme qui m'a intéressée, mais le fait qu'il souhaite se
comprter (et se comporte effectivement) comme un humain banal. Tu confirmes en tout cas mon envie de voir le premier épisode !