Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2008 7 21 /09 /septembre /2008 14:08

Le cinéma belge ? Il va très bien, merci. Nouvelle illustration du foisonnement cinématographique de ce pays avec Rumba.

 

Quelque part en Normandie (oui, les belges tournent aussi en Normandie), Fiona et Dom s’aiment. Fiona est professeur d’anglais, et Dom professeur de sport. Au-delà de leur profession, ils sont unis par une passion commune : la danse américano-latine. Mais en revenant d’un concours qu’ils ont remporté, Dom et Fiona ont un accident de voiture : Dom devient amnésique, et Fiona est amputée d’une jambe. Mais ils vont continuer à vivre ensemble, malgré leurs handicaps, et les difficultés que cela  engendre.

 

Présenté comme cela, ça n’a pas l’air bien gai. Sauf que les deux acteurs du film (Fiona Gordon et Dominique Abel) ne sont pas des tragédiens, mais des acteurs à potentiel physique et comique. Et ils réussissent à faire de ce scénario larmoyant une œuvre drôle.

 

La scène d’ouverture donne immédiatement le ton du film : Fiona fait répéter en anglais des phrases à ses élèves, ce qui donne un salmigondis effroyable, pendant que Dominique traverse la cour avec ses élèves en leur faisant effectuer d’amples gestes. Ces deux-là sont timbrés, et on sent très vite qu’ils vont nous emmener dans leurs rocambolesques aventures.

 

Et effectivement, tout y est rocambolesque : de l’accident qui survient parce qu’il évite un homme qui tente désespérément de se suicider à l’incendie de leur maison qui devient un moment hilarant, les deux auteurs parviennent à nous faire rire du handicap, ce qui est en soi une très belle réussite. L’un des moments les plus drôles du film est celui où la porte du magasin où ils veulent aller refuse de s’ouvrir, malgré leurs gesticulations pour réveiller le capteur de mouvement.

 

De nombreux commentaires ont fait un lien entre ce film et ceux de Jacques Tati. Par rapport aux films de Tati que je connais (Les vacances de Mr Hulot, Mon oncle), je trouve que ce film a une approche différente, car il parvient à faire rire à partir de situations qui ne s’y pretent pas naturellement. Tati utilisait plus de gags qui montrait une forme d’absurdité de la vie contemporaine. Je n’ai pas ressenti cette intention-là dans Rumba . D’ailleurs, le rythme de Rumba est bien différent de ceux de Tati.

 

Bref, un joli film, drôle la plupart du temps, même si certains gags sont parfois un tantinet trop répétés.

 

Pour en revenir au cinéma belge, ce film est un nouvel exemple de la liberté que s’accordent les cinéastes du « plat pays ». Dernièrement, Eldorado de Bouli Lanners ou Le silence de Lorna des frères Dardenne étaient déjà des réussites. Et puis il y a aussi Joachim Lafosse, qui a signé le très bon Nue Propriété avec Isabelle Huppert et Jérémie Rénier entre autres, ou Lucas Belvaux, qui a réalisé La loi du plus faible, mais surtout la trilogie Un couple épatant / Cavale / Après la vie (avec Gilbert Melki, Dominique Blanc, François Morel, Ornella Muti, Catherine Frot, Patrick Descamps,…) qui fait partie des films de mon panthéon cinématographique. Il faudra d’ailleurs que j’en parle un jour. Donc merci à nos voisins belges, qu’ils continuent longtemps à nous envoyer d’aussi bons films ! 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Emeraude 25/09/2008 18:31

la bande annonce m'avait beaucoup intriguée mais j'en étais resté là ! mais malgré tout le bien que tu en dis, je ne pense pas aller le voir. Tu m'as au moins éclairé sur le "pourquoi ce film" et c'est tout ce que je voulais, je crois!

Yohan 25/09/2008 19:00


Mince ! Je n'ai donc pas réussi à te faire tout oublier pour te précipiter dans une salle de cinéma !!! Je ne désespère pas, je sens que je vais y arriver ;-)


Flo 22/09/2008 13:31

Je crois que c'est la 2e fois que tu parles de la trilogie Belvaux . Un billlet, un billet !!

Yohan 24/09/2008 10:11


Deux fois que je parle de la trilogie Belvaux ! Bon, il va falloir que je les revisionne pour en faire un billet constrictif, alors !!!