Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2008 1 27 /10 /octobre /2008 07:26

J’ai une affection particulière pour l’auteur Annie Ernaux, qui a produit une œuvre singulière, qui touche à la fois l’intime et l’universel. Cette particularité, déjà présente dans La place ou L’événement, atteint son apogée dans Les Années, autobiographie sans première personne qui retrace le destin d’une génération, mais plus largement d’un groupe aux références communes.

 

A partir de photographies la représentant à différents âges de la vie, l’auteur convoque tous les souvenirs liés à ces périodes. De la jeune fille à la sortie de la guerre à la professeur divorcée en retraite entourée de ses deux grands garçons, en passant par la femme mariée installée en Savoie, on découvre (ou retrouve) la vie de cette femme, déjà aperçue dans ses précédents romans. Mais plus que sa vie, c’est toute une évolution de la société qui est retranscrite ici, et qui plonge le lecteur dans ses propres souvenirs.

 

Cette autobiographie, en écartant le recours à la première personne, permet à chacun de se mettre à la place de l’auteur. Si l’introduction dans chaque époque se fait par l’intermédiaire des photographies personnelles, le propos devient rapidement plus large et traduit l’évolution des comportements familiaux, sociaux,… Et tout en en montrant l’évolution, le récit met en exergue ce qui n’a pas ou peu  bougé. Ainsi, dans le cas des repas de familles, si les thèmes de discussion évoluent entre ceux auxquels elle a assisté enfant et ceux qu’elles organisent en tant que grand-mère, le rite du repas parait assez immuable et au final très traditionnel.

 

Je ne pense qu’Annie Ernaux ait une ambition de sociologue en écrivant ce récit, mais il est un point de vue sur les soixante dernières années par une femme qui les a traversées. Surtout, elle place chacune des photographies dans un contexte social et politique plus large qui fait que d’une simple description, on passe à la captation d’une atmosphère, d’un univers que pour ma part je n’ai pas connu (hormis les derniers chapitres qui concernent l’histoire récente).

 

C’est une plongée dans une mémoire collective, dans monde en mouvement qui est en droite ligne avec l’œuvre précédente d’Annie Ernaux que j’ai pu lire. Elle avoue qu’elle avait l’idée de ce livre depuis plus de 20 ans, avec des tas de notes, des anecdotes, qui mises bout à bout, forment dans ce récit un ensemble cohérent et émouvant. J’ai l’impression qu’elle a écrit le récit qui clôt une partie de sa production littéraire. Je ne sais pas quels sont ses futur projets, mais j’espère qu’ils seront aussi riches que les précédents.

 

Vraiment un livre à lire, que ce soit par les jeunes ou les plus âgés, car la lecture de ces  années est un vrai plaisir à savourer !

 

Les avis de Thom, Christian, LaurentFranck B. (mais ça fait beaucoup de garçons, pour une fois !), Cathe, Dasola

Autres livres d'Annie Ernaux : La place, Journal du dehors

 

Les années, d'Annie Ernaux

Ed. Gallimard

Partager cet article

Repost 0

commentaires

sylvie 23/11/2008 10:19

J'ai beaucoup aimé ce livre aussi. Le travail m'impressionne, et je pense que les objectifs dont tu parles sont atteints.
Nous nous sentons tous très concernés en lisant ce livre, et c'est absolument troublant.

Yohan 23/11/2008 13:56


Oui, l'implication qu'arrive à créer Annie Ernaux est tout à fait éoustouflante. C'est vraiment à livre à lire, relire et à garder près de soi très longtemps.


Emeraude 29/10/2008 20:10

je ne l'ai toujours pas lu (on peut dire le livre mais on peut aussi dire l'auteure!) pourtant, je n'ai entendu que du bien d'elle (je me souviens très bien du billet de Thom qui m'avait fait plus qu'envie) mais finalement, il y a toujours quelque chose d'autre à lire!

Yohan 02/11/2008 19:31


J'espère que La Place te permettra de bien débuter avec l'auteur !


FB 27/10/2008 08:08

Je pense aussi que ce livre est l'un des meilleurs publiés l'an dernier. Avec "Les Années", Annie Ernaux a inventé une nouvelle forme d'écriture autobiographique, une démarche originale et singulière. Les souvenirs personnels de l'auteur se mêlent aux souvenirs collectifs, l'histoire individuelle fait écho à la "grande" Histoire. Et le passé, celui d'une petite fille d'abord, d'une adolescente ensuite, d'une femme enfin et surtout, le sien et le nôtre aussi, refait alors surface avec justesse et émotion.
Je partage donc pleinement ton enthousiasme cher Yohan !

Yohan 27/10/2008 10:32


Comme quoi il y a des sujets sur lesquels nous sommes d'accord ;-) C'est un livre vraiment émouvant, et tout à fait original, loin de la nostalgie mal placée qui pourrait apparaître dans un livre
de ce type.