Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 septembre 2008 6 13 /09 /septembre /2008 09:57

Un roman policier qui se passe dans le milieu du cyclisme amateur ? Chouette, me dis-je, intéressé que je suis par le cyclisme (J’en entends déjà qui me parlent de piqûres et de seringues et de courses inhumaines, mais il n’arriveront pas à me convaincre qu’ils sont tous pourris). Bref, un milieu que je connais un peu, assez rarement traité en littérature, donc je me laisse tenter.

 

L’action se déroule à Montfeurgny, petite bourgade provinciale qui tire sa fierté de son club cycliste local. Mais lorsqu’à la fin d’un entraînement, le responsable du club se fait faucher volontairement par une voiture alors qu’il attend le passage des coureurs, le village est en émoi. Enfin, pas tout le monde, car trop de personnes ont des choses à cacher à leur voisinage…

 

L’intrigue met en scène le chef de brigade Lenormant. Un gendarme, donc. C’est un des points intéressants du roman qui est de prendre pour figure du policier un gendarme, c'est-à-dire un militaire. La vie y est très différente de celle d’un commissariat de ville, qu’on croise souvent dans les polars (Adamsberg ou Lanester, par exemple).

 

Le fait que le personnage soit un gendarme implique automatiquement que l’action se déroule à la campagne. On suit donc les aventures des militaires au sein des habitants, et des commérages inhérents aux lieux où tout le monde se connaît, et où chacun essaie de cacher le maximum pour éviter que cela soit exposé sur la place publique. Le rôle du maire et du principal sponsor de l’équipe sont assez bien rendus. Si l’ambiance est également assez réelle, avec l’utilisation d’un village (le commissariat) dans la ville de Montfeurgny, j’ai parfois eu l’impression qu’on tournait un peu en rond dans cette histoire.

 

Mais le plus gênant a été le fait qu’il n’y pas d’intrigue policière. On comprend assez rapidement la cause de la mort de l’entraîneur, et le coupable se dévoile peu à peu sous les yeux du lecteur, sans susciter de véritable émotion. Je n’ai été que peu concerné par la résolution de l’intrigue, dont on sent bien qu’elle implique plus que le seul meurtrier.

 

Jean-Pierre Fournel, l’auteur, a certainement voulu signer un roman d’ambiance plus qu’un policier. Malheureusement, si la description des mœurs provinciales se veut réaliste, elle m’a parfois semblé caricaturale, car elle tourne en rond. Sur le milieu du cyclisme, peut-être que je le connais trop bien pour avoir été surpris par l’histoire.

 

A noter que Lenormant croise à plusieurs reprises d’anciens suspects ou coupables croisés dans d’autres aventures (cet ouvrage est le troisième se déroulant à Montfeurgny). Et que malheureusement, ces rencontres donnent la résolution des tomes précédents. Dommage, car cela enlève un peu l’envie de les lire.

 

Dans la roue du tueur, de Jean-Pierre Fournel

Ed. du Masque

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Karine 16/09/2008 01:19

Hmmm... pas certaine que je lirai celui-ci! Déjà que je suis atteinte de "devinite" aiguë question romans policiers... je vais passer mon tour!

Yohan 20/09/2008 11:59


Je te comprends, d'autant que la trame est assez transparente !