Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juin 2008 1 30 /06 /juin /2008 07:58

Je suis venu tardivement au cinéma (cela doit faire 6 ans environ), et je n'ai découvert beaucoup d'auteurs qu'à partir de ce moment-là. J'avais néanmoins quelques noms en tête avant de véritablement me lancer dans cet art, et Tim Burton en faisait partie. Ce devait être l'un des rares cinéastes dont j'avais vu plusieurs films avant 2002 : Batman 1 et 2, Edward aux mains d'argent et Mars Attacks. Depuis 2002, je ne rate pas un opus de l'oeuvre de Burton, même si je n'ai pas encore comblé tout mon retard. Cet essai d'Antoine de Baecque, rédacteur en chef des Cahiers du Cinéma et chroniqueur régulier dans la revue l'Histoire, m'a donc permis de combler certaines lacunes.

L'œuvre se présente de manière chronologique : on suit le parcours de Burton, de la banlieue de Los Angeles aux plus grands plateaux de cinéma, en passant par quelques échecs personnels traumatisants. On y découvre que Burton a d'abord travaillé pour les studios Disney, en particulier sur Rox et Rouky (loin de son univers actuel) et sur Taram et le chaudron magique (certainement plus proche artistiquement, mais qui fut un échec complet). Par la suite, il va mener une carrière atypique, en travaillant pour les studios (Warner, Fox) mais en gardant sur ses films une emprise importante.

Cette caractéristique est très frappante chez Burton : il bénéficie des moyens des studios, mais parvient à y garder sa patte. Ceci est du en partie au succès de son premier grand film, Beetlejuice (avec Michael Keaton), qui l'impose comme une figure montante. Par la suite, Burton n'aura de cesse d'imposer que les choses se déroulent comme il le veut, et quand il rencontre des oppositions (comme sur le premier Batman), il en sort déconfit.

Cette chronologie, ponctué de beaucoup de succès (Batman, Ed Wood, Sleepy Hollow, L'étrange Noël de Monsieur Jack), est aussi marquée par quelques échecs : le tournage "obligé" de la Planète des singes, la déception liée à la non-réalisation d'un projet sur Superman... Burton est un homme mélancolique, et cela se sent dans son cinéma : le nombre d'être difformes ou marginaux ne se compte plus, et c'est souvent l'inattendu qui l'emporte dans ses films.

On y découvre également ses inspirations, notamment certains films de série B avec Vincent Price, auquel il voue un véritable culte. Et quand il a un projet en tête, on sent que ce monsieur a de la suite dans les idées : il tourne ainsi plusieurs fois avec les mêmes acteurs (Johnny Deep bien entendu, mais aussi Wynona Rider, Michael Keaton, Jack Nicholson, Danny de Vito..). Surtout il mûrit certains projets plusieurs années avant de les réaliser : il en est ainsi de L'étrange Noël de Monsieur Jack, mais également de son dernier opus, Sweeney Todd, le diabolique barbier de Fleet Street, dont il avait acheté les droits à la fin des années 80.

Cet ouvrage est donc une excellente plongée dans le monde fantastique de Burton.

Je profite également du fait que cet ouvrage ait été publié par les Cahiers du Cinéma pour vous informer (ou vous rappeler) que les Cahiers sont aujourd'hui en danger, avec un risque de vente à un autre organe de presse qui pourrait remettre en cause la ligne éditoriale du magazine mensuel. Pour aider les Cahiers, vous pouvez bien sûr l'acheter, et pourquoi pas vous abonner !

 

Tim Burton, de Antoine de Baecque

Ed. Les Cahiers du Cinéma

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Gilles Penso 30/06/2008 20:39

je suis un grand amateur de Tim Burton, que j'ai eu la chance d'interviewer en compagnie de son acteur fétiche Johnny Depp (j'ai même eu l'honneur gigantesque d'être invité sur le plateau des NOCES FUNEBRES), mais je ne savais pas trop quoi penser de cet ouvrage. Ton article me donne envie de le lire. Et effectivement, tu as raison de soutenir Les Cahiers qui sont dans une mauvaise passe.

Yohan 30/06/2008 22:56



Je  ne connaissais pas grand chose à Burton, sauf la moitié de ses films (je n'ai pas vu Beetlejuice, Ed Wood et surtout Sleepy Hollow, qui m'a l'air d'etre nue belle réussite). C'est
pourquoi j'en ai appris beaucoup et ai apprécié ce livre. Maintenant, pour quelqu'un qui a la chance d'interviewer Burton, je ne sais pas. Je serai d'avoir ton impression sur ce qu'écrit De
Baecque.