Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juin 2008 1 16 /06 /juin /2008 07:11

Fred Vargas accompagnée pour une aventure du Commissaire Jean-Baptiste Adamsberg ? Oui, par un dessinateur, car cet épisode n'est pas seulement un roman, mais une bande dessinée. Et cet alliage entre les histoires policières de Vargas et le dessin est très plaisant.

L'intrigue ? Deux jeunes, Vincent et Grégoire, vivent des braquages qu'ils commettent. Mais après s'en être pris à un vieux, comme ils disent, ils découvrent dans son sac 30000 francs, mais aussi des restes humains : cheveux, dents cassés,... L'inquiétude monte, jusqu'à l'assassinat de Vincent. Assassinat d'autant plus inquiétant qu'on trouve sur la cuisse du macchabée un signe évoquant le bélier, tueur en série qui sévit dans la région.

Le scénario est très classique pour un Fred Vargas : Grégoire est un jeune homme qui vit dans une famille coupée du monde. Tous sont obnubilés par le rêve de leur père : reconstituer la fontaine des Quatre fleuves de Rome, à l'aide de canettes et de capsules. On se retrouve donc plongé dans cette famille, avec le père, les quatre fils (quatre comme les fleuves) et les deux belles-soeurs. Famille qui se sert les coudes et fait tout pour protéger Grégoire.

On y retrouve également l'aspect ésotérique déjà présent dans un roman comme Pars vite et reviens tard : un homme qui se prend pour l'élu, qui a mis sous sa coupe une jeune fille qu'il utilise à son gré. Un grand maniaque qui marque l'histoire de sa sombre stature.

Mais plus que l'histoire de Fred Vargas, j'ai apprécié le dessin de Baudouin, que je ne connaissais pas : un dessin âpre, parfois tourmenté, comme je m'imagine les héros de Vargas. Adamsberg le solitaire, visage émacié, (et ne ressemblant pas à José Garcia qui a tenu le rôle dans le film tiré de Pars vite et reviens tard). Danglard le père de famille alcoolique, bouffi, parfois perdu par les raisonnements labyrinthiques d'Adamsberg. Même les bâtiments sont tordus, comme l'amphithéâtre d'Orange. Le dessin en noir et blanc sert parfaitement cette histoire, et apporte une plus-value indéniable à celle-ci.

Une nouvelle approche de l'oeuvre de Fred Vargas par cette BD, un travail à deux qui permet un oeil nouveau sur des personnages déjà familiers.

Déjà lu de Fred Vargas :
Debout les morts, sans Adamsberg.

 

Les quatre fleuves, de Fred Vargas et Baudouin

Ed. Viviane Hamy

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Dominique Poursin 26/06/2008 11:45

J'aime bien Vargas j'ai lu plusieurs de ses romans( mais pas cette BD dont je ne savais rien).
Je viens d'acheter son dernier roman "un Lieu incertain".

Yohan 26/06/2008 15:17


J'ai entendu parler de son dernier, mais je vais attendre un peu. Pour cette BD, je l'ai vraiment trouvé par hasard dans un bac de la bibliothèque, car je n'en avais pas non plus entendu parler !