Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 08:19

Avec Entre les murs (et La frontière de l'aube de Philippe Garel), le dernier film d'Arnaud Desplechin (le frère de Marie, la romancière) était un des films français présentés à Cannes. Il n'est pas reparti totalement bredouille, puisqu'il a permis au jury d'offrir un prix spécial à l'une des actrices du film, Catherine Deneuve. Et surtout, il est sorti en salles avant la remise des prix, ce qui a permis de se faire sa propre idée auparavant. Et de savoir de quoi on parle, puisqu'on l'a vu. Contrairement à Entre les murs, que personne n'a vu, mais que beaucoup ont déjà jugé (je parle du film, pas du livre). Mais je m'égare, et revenons à notre féerie roubaisienne.

Pourquoi roubaisienne ? Car c'est le sous-titre du film, et car c'est là que se situe l'action du film. Dans une grande demeure, habitée par Abel et Junon. Malheureusement, Junon est atteint d'une maladie grave, et espère qu'un de ses trois enfants encore vivants, ou un de ses petits-enfants, sera compatible pour une greffe. La maladie de Junon est donc une occasion rare de réunir toute la famille : la fille aînée et son fils dépressif, le frère banni par sa soeur, et le benjamin insouciant.

Arnaud Desplechin s'accompagne de sa troupe habituelle, à laquelle il adjoint quelques nouveaux venus, comme Anne Consigny. Dans ce film familial, le réalisateur essaie de figurer les rouages qui peuvent amener une famille à avoir des relations conflictuelles. Entre le poids du frère aîné mort à six ans et que personne n'a pu sauver, les amours enfouis et les haines incomprises, des fantômes hantent ce film. Mais ces fantômes restent invisibles, et découvrir la source du malaise est presque impossible.

Quelques uns essaient de se voiler la face, jusqu'à l'explosion, comme Hippolyte Girardot (le mari de la soeur ainée). D'autres continuent à vivre, sans se poser trop de questions, comme Melvil Poupaud le benjamin, ou Emmanuelle Devos, la nouvelle compagne du cadet. Et il y a ceux au centre du conflit, Anne Consigny et Matthieu Amalric, la soeur et le frère qui se détestent. Au dessus, les parents essaient de coller les morceaux, tant bien que mal.

Ce film parle de la transmission, de parents à enfants mais aussi d'enfants à parents. Parle d'amour, parfois en l'abordant par la haine, mais ce n'en est que plus troublant. Ainsi, lorsque la mère dit ne pas aimer son fils, et que celui-ci lui annonce que c'est réciproque, la situation est tragique et burlesque, mais elle questionne sur notre rapport à l'amour. Surtout l'amour familial : est-il normal ? Est-il dû ? Est-ce une honte de ne pas aimer sa famille proche ? Questions qu'il m'arrive parfois de me poser...

La force de Desplechin est également d’insinuer beaucoup de rires et de sourires dans cette histoire très sombre. Les personnages, notamment celui de Matthieu Amalric, sont tellement outrés qu'ils en sont drôles. Il y a bien une petite longueur sur une histoire annexe avec Chiara Mastroianni, mais c'est vraiment le seul reproche que je ferais. Tous les acteurs sont d'ailleurs formidables, avec une palme à Jean-Paul Roussillon, émouvant en père perdu entre des enfants qui ne s'aiment pas et une femme capricieuse, mais qu'il aime profondément. Cela se sent à l'écran !

Je ne suis pas sorti bouleversé du film, mais il a mûri et après une semaine d'infusion, je pense que c'est un grand film. Pas d'esbroufe, juste des humains, qui se battent comme ils peuvent. Vraiment, un film à voir ! Et certainement à revoir !

Et le joli commentaire de Rob Gordon ici .

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Flo 02/06/2008 16:08

Mais c'est que tu te livrerais presque dans cet article... ;-)
Intéressant, tout cela...
Une jolie critique, encore une fois. Pour ma part, je reverrais bien ce film aussi !

Yohan 04/06/2008 18:21


Eh oui, il faut bien de temps en temps. Si vraiment tu tiens à y retourner, je pourrais t'accompagner !


levraoueg 31/05/2008 17:45

Une petite longueur sur une histoire annexe avec Chiara Mastroianni ? Mais cette histoire là est belle à pleurer...
Personnellement le cinéma de Desplechin n'est pas mon genre de cinéma favori, car j'aime plus la légèreté à la gravité, le bonheur au pathos, la fantaisie à la névrose. Et pourtant, j'y vais toujours et ses personnages m'accompagnent durablement.

Yohan 04/06/2008 18:18


Je ne dis pas que l'histoire n'est pas belle, mais j'ai trouvé qu'elle n'était pas forcèment la bienvenue, car elle fait sortir du cadre très fermé de la demeure bourgeoise, qui est au centre du
film. Mais je comprends ta réaction quant à mon billet.
Et c'est vrai que les personnages de Desplechin sont tellement atypiques qu'ils marquent longtemps !