Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mai 2008 3 28 /05 /mai /2008 11:50

Première rencontre avec Patrick Kenzie et Angela Gennaro, deux détectives privés de Boston. Patrick Kenzie reçoit du travail de la part du sénateur Mulkern. Ce dernier accuse une femme de ménage, Jenna Angeline, d'avoir dérobé des documents confidentiels. Il demande donc à Patrick de mener l'enquête pour retrouver les documents. Mais le meurtre de Jenna, et les documents découverts font que Patrick se sent obligé de poursuivre son investigation, à ses risques,et périls, et à ceux de Angela...

Quel plaisir que de se plonger dans ce livre ! On se retrouve dans une ville déjà rencontrée dans Mystic River (enfin, pour l'ordre de ma lecture, pas celui de parution), mais le traitement y est complètement différent. Les ambiances de poisse, d'humidité et de délabrement sont présentes, le thème du livre fait bien sûr penser à Mystic River, mais les deux traitements sont très différents.

Ici pointe surtout l'humour du narrateur, Patrick, et de sa comparse. Alors qu'ils se mettent dans des situations désespérées, qu'ils risquent leur vie quatre ou cinq fois dans le roman, ils ne cessent de prendre la situation au second degré. Même lorsqu'il a un revolver sous le menton, Patrick plaisante de la sucette dans la bouche de son agresseur. Certainement pour fuir la peur, mais cela rend le ton du roman très original.

Lehane est très fort pour créer des atmosphères. Ici, on y sent la peur d'être suivi, l'angoisse du gibier qui ne sait pas quel est le prédateur le plus dangereux : Socia, le leader de la bande des Saints, dont un des membres a déjà cogné Patrick ? Ou son fils de 16 ans, Roland, qui dirige la bande rivale ? A moins que ce ne soient leurs clients ou les flics qui les aident. Même ceux censés les aider ne sont guère rassurants, tel Bubba, monstre asocial fait de muscle et de peu de cervelle.

Le fait que l'histoire soit racontée par un des héros est également surprenant. Alors que je m'attendais soit à un récit à deux voix, soit à un narrateur omniscient, l'histoire est racontée du point de vue d'un des deux protagonistes. Ce qui donne au roman une patte inhabituelle pour un roman policier.

Je n'avais pas lu grand chose avant d'ouvrir cet excellent roman, et le titre peut emmener le lecteur sur de multiples pistes : roman de guerre, mais laquelle ? Et alors qu'on ne sait pas trop à quoi s'attendre, la piste suivie par Lehane est très intéressante.

Maintenant, place aux remerciements : tout d'abord, à Emeraude qui m'a offert ce livre dans le cadre du swap Noir c'est noir, lors duquel j'avais dit avoir envie de découvrir l'univers de Lehane. Merci aussi aux deux organisatrices, Stéphanie et Fashion, qui ont fait cela d'une main de maître.

Et mention aux Chats de Biblio, puisque Dennis Lehane est encore pour quelques jours l'Aristochat des mois d'avril et mai. (où se trouve même la bio de Lehane, rédigée par Thom). La critique du livre par Gaël, Laiezza, Sandrounette et Sandriiine ici, et celui de Thom et Claude . (Bah oui, chez les chats, ils font deux articles pour le même roman ! Comment gonfler les stats !)
Et également à Tamara, qui l'aussi reçu lors du swap, et qui a également aimé.

 

Un dernier verre avant la guerre, de Dennis Lehane

Traduit de l'anglais par Mona de Pracontal

Ed. Rivages - Noir

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Gaël 09/06/2008 23:36

Yohan,
Je te remercie d'abord pour la publicité que tu fais aux Chats de Biblio. Mais d'ailleurs, pourquoi ne viens-tu pas, toi-même, nous rejoindre? Tu as ta place au même titre que nous, et ça nous ferait très plaisir.
Et je voulais aussi te prévenir qu'il faut parfois se méfier des Aristochats. Si effectivement Dennis Lehane, Philip Roth ou Jean Teulé semblent des choix heureux (d'ailleurs Philippe Jaenada a l'air bien parti pour les rejoindre), il se peut que nous tombions aussi sur des déceptions (Luis Sepulveda pour ma part, Alison Lurie pour d'autres). En tout cas, l'Aristochat est toujours une occasion de découvrir un auteur et de partager nos impressions. C'est là-dessus que je renouvelle mon invitations, et te souhaite une bonne soirée.

Yohan 10/06/2008 18:41


Merci beaucoup pour l'invitation. Je pense que je vais essayer, comme Laurence !
Attendez-vous donc à recevoir bientot une proposition de ma part, qui devra bien entendu passer entre les griffes de la censure.
Pour Sepulveda, je me souviens de tes réticences (j'avais lu au meme moment Journal d'un tueur sentimental, et en avait pensé à peu près la meme chse que toi). On verra pour Jaenada !


zaph 02/06/2008 22:58

Chouette article!
Lehane était un grand Aristochat, et nous sommes un peu tristes de le quitter. Espérons que le suivant sera bien aussi :)

Yohan 04/06/2008 18:24


Effectivement, c'était un très bon choix. Mais les précédents étaient très bien aussi (Philip Roth, Jean Teulé, pour ceux que j'ai déjà lu). Je ne connais pas Jaenada, mais je fais confiance aux
Chats, ce qui ne devrait pas être trop risqué !


Thom 02/06/2008 17:10

Hé ! Merci beaucoup pour le coup de projo :-)

J'étais passé à côté de ta critique au même du "Bilan Dennis Lehane" ; je vais de ce pas la signaler aux autres.

A bientôt !

Yohan 04/06/2008 18:22


De rien, je trouve que ce que vous faîtes sur le site des Chats est très intéressant. Je vais d'ailleurs lorgner dans les rayons de la bibliothèque municipale pour trouver un roman de Jaenada, le
nouvel Aristochat !


Emeraude 29/05/2008 18:11

Je suis ravie que ça t'ai plu !!! d'autant plus que depuis le swap, je l'ai aussi dans ma PAL alors ça me donne bien envie de m'y plonger ;-)

Yohan 29/05/2008 22:16


Mais moi également ;-) Merci beaucoup pour ce choix.
Et très bonne idée de garder en réserve les livres qu'on envoie, j'ai fait pareil ;-)