Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mai 2008 1 26 /05 /mai /2008 10:55

Quoi de plus intéressant pour un blog qui parle de livre et de cinéma qu'un film basé sur un roman ? Et qui reçoit la palme d'or au festival de Cannes ? D'autant plus lorsqu'on connaît l'oeuvre originale (Entre les murs de François Bégaudeau) et qu'on a une affection pour le réalisateur (Laurent Cantet qui a signé le remarquable Ressources humaines, qui a permis de découvrir Jalil Lespert) ? Pas grand chose me direz-vous ? Et je suis bien d'accord.

Comme je n'ai pas le privilège d'assister aux projections cannoises, je ne peux pas vous parler du film qui n'est pas encore sorti en salles. Mais je peux vous parler du livre que j'ai lu l'an dernier, mais dont je n'ai pas parlé ici, car lu avant l'ouverture de ce blog.

Entre les murs est une fiction avec une base autobiographique. Pour être plus clair, François Bégaudeau a été professeur pendant presque dix ans en collège, et il raconte la vie d'une classe de ZEP tout au long de l'année scolaire. Bien sûr, il utilise certainement des anecdotes ou des situations vécues mais tout ceci est une fiction. Nous ne sommes pas ici en présence d'un travail documentaire ou d'un étude sociologique (pas plus que le film d'ailleurs).

Entre les murs, car l'auteur prend le parti de ne décrire que ce qui se passe dans le collège : pas de présentation des vies personnelles en dehors de ce qui se dit en salle des professeurs, les vacances ne sont considérées qu'en tant que cible à atteindre, etc. L'action se déroule donc entre salle de classe et salle des professeurs : on est dans un monde clos, parfois un peu enfermé, mais où transparaissent toutes les composantes de la société actuelle : les problèmes familiaux, sociaux, les difficultés liées au racisme,... Ce lieu, même s'il est fermé, est le réceptacle de toutes les tensions sociales.


Le narrateur est ici le professeur, qui parle alternativement de sa classe ou de ses collègues. Il est parfois distant, parfois cynique, et n'hésite pas à charrier les élèves. Pourtant, je ne peux pas dire que j'ai senti de l'antipathie de la part de ce prof vis à vis de ses élèves : j'ai trouvé qu'il avait avec eux un rapport d'adulte, qu'il n'essayait pas d'être misérabiliste. Cette forme de relation, parfois grinçante, est plutôt une façon pour le prof de se protéger face aux élèves et, pour certains d'entre eux, leur détresse sociale. En revanche, le fait de toujours identifier les élèves par leurs vêtements a un côté répétitif qui devient lassant.

Mais ce que j'ai trouvé encore plus intéressant dans ce livre, c'est la vie dans la salle des professeurs. On se rend compte que ce métier est dur, usant. Même en le prenant un peu légèrement comme ici, c'est fatigant de tenir la distance face à des classes de 25, de trouver la bonne réplique au bon moment à chaque instant. On y voit également la difficulté de travailler ensemble et surtout, j'y ai senti que Bégaudeau détruit un mythe qui a actuellement la vie dure : non, on ne devient pas enseignant par vocation. Pas plus qu'on ne devient inspecteur des impôts ou éboueur pour cette raison ! La majorité des profs qui sont là le sont pour avoir de quoi remplir la gamelle, et seraient bien ailleurs s'ils le pouvaient.

Je sais que ce livre est loin de faire l'unanimité, dans le corps enseignant notamment (je n'en fais partie mais le connaît relativement bien), mais je trouve qu'il a le mérite d'ouvrir des débats intéressants. Il ne faut pas tant y voir une aggression contre le métier d'enseignant, ou contre les enseignants, qu'une tentative de description de ce métier si particulier. Description parfois outrée, bien entendu, comme tout ouvrage de fiction. Car ce livre est avant tout une fiction, et je l'ai pris comme cela. Bien sûr, il a quelques défauts, mais ils ne sont pas rédhibitoires. Et, même si c'est une fiction, j'ai refermé ce livre avec le sentiment d'avoir appréhendé une réalité qui m'avait jusque là échappée. Ce qui est un très bon point pour un roman.

Thom en a parlé, mais il a beaucoup moins aimé (c'est peu dire !), et Sylvie avec qui je serai plutôt d'accord.

 

Entre les murs, de François Bégaudeau

Ed. Verticales

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Daniel Fattore 17/03/2009 14:41

J'en avais également parlé... ici: http://fattorius.over-blog.com/article-20147491.htmlEt sur ce, je continue de visiter votre blog!

Yohan 17/03/2009 22:56


Je vais aller voir cela... et bonne continuation de visite !


sylvie 01/06/2008 22:06

J'ai un avis plutôt mitigé sur ce livre qui m'a quand même remuée... Je suis curieuse de voir le film aussi. Merci pour le lien ;)

Yohan 04/06/2008 18:20


Je pense que nous sommes à pau près sur la même longueur d'onde. Ce n'est pas un chef d'oeuvre, il a des défauts, mais l'ensemble est plutôt saisissant.
Maintenant, je suis impatient de voir l'adaptation de Cantet, qui a l'air d'avoir centré le film sur la classe, et non sur le professeur (ce qui n'est pas pour me déplaire).


Dominique Poursin 29/05/2008 14:35

J'apprécie beaucoup ce commentaire fin et nuancé; ma fois je suis tout à fait de votre avis sur le livre de Bégaudeau mais aussi sur " Ressources humaines".

Yohan 29/05/2008 22:18


Merci pour tes compliments (je me permets de te tutoyer, j'espère que cela ne te dérange pas). Pour Ressources, je ne me suis pas attardé mais il est vrai que ce film est épatant. Et j'espère
qu'Entre les murs sera aussi intéressant ! 


chiffonnette 26/05/2008 17:23

J'en garde un souvenir mitigé. Je l'avais trouvé un peu long, trop cynique et trop noir. Pas une réussite en ce qui me concerne donc!

Yohan 27/05/2008 11:41


Je comprends ce qui a pu te gêner. Mais j'ai vraiment pris cela comme une fiction, et j'ai trouvé cela plutôt réussi.