Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2008 4 22 /05 /mai /2008 09:17

Aujourd'hui, je vous parle d'un spectacle que j'ai vu en octobre 2006, Forêts. Pourquoi je vous en parle aujourd'hui ? Car il repris du 28 mai au 8 juin au théâtre 71 à Malakoff (Hauts de Seine), et qu’il m’a laissé un souvenir impérissable. Ce spectacle est extraordinaire, à la fois pour le texte et pour la mise en scène, signés tous deux par Wajdi Mouawad.

Cette pièce est ce qu'on peut appeler une "pièce fleuve" : cela n'atteint pas les 8 heures des spectacles de Mnouchkine ou du Soulier de satin, mais elle dure tout de même 4 heures. J'y étais allé reposé, dans l'idée qu'une pièce de 4 heures peut parfois être difficile à suivre, la concentration faisant parfois défaut.

J'ai été content d'être reposé, car si on peut décrocher à quelques moments dans la pièce, ce n'est par un manque de rythme. Cette pièce est foisonnante, on passe d'un sentiment à un autre tout au long du spectacle.
L'intrigue est complexe à résumer : une jeune fille d'aujourd'hui découvre qu'il y a un objet étrange dans son cerveau. Mais les examens passés pour savoir ce que c'est lui font découvrir son passé, et la replonge dans l'histoire de sa famille. La scène se transforme au fil des découvertes de la jeune fille : on passe d'un repas d'anniversaire en famille à une chambre d'hôpital, en passant par la vie au début du XIXeme Siècle dans une forêt.

Tout y est éclatant : cela explose constamment, on en prend plein la vue et les oreilles pendant 3h30 (il y a quand même un entracte !). Et ce dès la première scène, celle de l'anniversaire, jouée par des acteurs formidables. Dans cette scène, on entend des bribes de conversation, que le spectateur n'arrive pas à rassembler pour en faire un propos cohérent, tout cela sur une musique dansante. Puis, tout se remet en place, et ce qui paraissait des paroles anarchiques prend peu à peu tout son sens.

C'est vraiment un spectacle que je conseille à tout le monde, car il traite de thèmes aussi intimes que le rapport à la famille, à son passé. Ca se passe donc à Malakoff pour dix représentations, et c'est à voir. A noter que cette pièce est la troisième partie d'une trilogie composée également d'Incendie et de Littoral. Les pièces sont indépendantes, et il parait que les deux premières sont aussi voire plus intenses que Forêts. Mais je n'ai pas eu l'occasion de les voir, à mon grand regret ! 

Partager cet article

Repost 0

commentaires