Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 avril 2008 4 24 /04 /avril /2008 07:24

Dans l'Ouest, au milieu du XIXeme Siècle, le baron de l'Aubépine, propriétaire du château des Perrières décède. Son fils, un jeune homme qui a grandi loin de la demeure familiale et acquis à la cause républicaine, lui succède donc. Peu à peu il renvoie tous les domestiques de la maison, et ne conserve que le garde-chasse, Lambert, dont le seul loisir est de dresser sa meute de chiens. La relation entre le maître et le garde-chasse, débutée sur une relation de confiance, tourne petit à petit à une confrontation funeste.

Qu'est-ce que François Vallejo écrit bien ! J'avais déjà été très touché par la qualité d'écriture de Groom, mais ce livre-ci est selon moi encore plus travaillé. J'ai été complètement transporté par cette écriture, qui mélange style direct et indirect, qui prend des libertés avec les conventions du dialogue, mais qui a le mérite de ne pas perdre le lecteur. Vraiment, c'est selon moi le point fort de ce roman.

Concernant l'intrigue, elle est également très prenante, entre la maladie psychologique du châtelain et les péripéties politiques. On est tout d'abord troublé par les querelles entre Lambert et le valet de Mr de L'Aubépine, Cachan, jusqu'à ce que ce dernier quitte le château. Puis ce sont des jeunes filles qui investissent les nuits du baron, avec un mystère qui entoure ces activités nocturnes.

Sur le plan politique, on suit l'échec de la deuxième République, puis les tentatives infructueuses du baron pour faire revenir Victor Hugo en France, afin de renverser Napoléon le Petit. Toute cette partie, avec la part du complot, est haletante et captivante.

Il y a également la vie de la famille de Lambert, Eugénie sa femme qui travaille au château, ses enfants Magdeleine et Grégoire, qui prennent peu à peu conscience de la situation difficile dans laquelle ils se trouvent : au service d'un baron malade, qui n’a plus aucune notion de la réalité ! Un baron qui va même jusqu’à croire que Victor Schoelcher est un de ses amis intimes, alors que c’est une invention pour approcher Hugo.

J'ai beaucoup aimé ce roman, prenant, troublant, riche au niveau de l'écriture et des sentiments représentés. Une vraie confirmation du talent de François Vallejo !

Pour avoir l'avis de Dédale, cliquer
ici.

 

Ouest, de François Vallejo

Ed. Viviane Hamy

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cécile de Quoide9 26/08/2010 17:54



Les avis sur ce roman sont décidément très contrastés.



Yohan 30/08/2010 19:18



Oui, mais je pense qu'il vaut mieux que tu me fasses confiance, Ys n'est pas toujours fiable dans ses choix ;-)))



Eeguab 29/07/2010 13:31



J'ai aussi beaucoup aimé Ouest,très personnel,que j'ai chroniqué aussi.



Yohan 04/08/2010 22:23



Ah ! enfin un blogueur qui parle de Vallejo, en bien. Car nous ne sommes pas nombreux, malheureusement !



Librivore 13/05/2010 18:54



J'ai adoré ce roman. C'est un auteur qui a une très belle plume, qui possède une profonde psychologie des personnages.



Yohan 15/05/2010 18:12



François Vallejo est un des auteurs contemporains préférés. Une profonde psychologie des personnages, oui, mais aussi un art dans la construction narrative de ses romans !