Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2008 6 29 /03 /mars /2008 07:03

Voici la critique publiée hier sur le biblioblog, puisque ce roman a fait l'objet de la célèbre énigme du dimanche soir. D'ailleurs, je vous rappelle que demain à 18h dans la journée seront annoncés les romans sélectionnés pour le prix biblioblog 2008 ! (Merci Laurence pour cette correction)

bove.gifPierre Neuhart, industriel spécialisé dans la vente de graviers, mène une vie paisible dans le Paris des années 20. Trop paisible. Alors, quand Madame Aspi lui propose d’assister à l’une de ses soirées mondaines, il se réjouit de pouvoir élargir le champ de ses connaissances.

 

Lors de cette soirée, il fait la connaissance d’Eliane, beaucoup plus jeune que lui. Après une cour insistante, il parvient à attirer ses regards, et son amour. Mieux, il réussit à ce qu’elle quitte l’appartement maternel pour s’installer avec lui. Mais cet amour, qu’il avait cru partagé, est unilatéral, et sa vie étant intenable, il va de déception en déception.

 

Ce court roman d’Emmanuel Bove traite d’un sujet assez commun en littérature : une histoire d’amour, de la rencontre à la séparation et ses conséquences, entre un homme déjà installé et une adolescente. Présenté comme cela, Lolita apparaît dans un coin de la tête, et bien que je n’aie pas lu le roman de Nabokov, je crois pouvoir dire que Bove en fait un traitement très différent.

 

Le style est très dépouillé : une écriture simple, sans trop d’effet de style. J’ai tout de même mis quelques paragraphes avant de m’habituer au style, composé pour le début du roman de nombreuses phrases longues, avec beaucoup de subordonnées. Et c’est vrai que lire des textes au passé simple n’est plus très courant !

 

Ensuite, l’auteur nous présente cette relation amoureuse de manière elle aussi très simple, sans chercher à émouvoir à outrance le lecteur. Il a un style presque scientifique, où on sent que chaque mot est pesé, chaque structure de phrase réfléchie. C’est aussi un récit avec de nombreuses ellipses, où l’auteur s’attache aux moments marquants de la vie de ce couple.

 

Plus le livre avançait, plus je l’appréciais : cette description méthodique, mais qui fait saisir les sentiments essentiels m’a plu. Alors que je ne suis pas un fervent adepte des romans où l’amour est le seul moteur de l’intrigue, j’avoue que je me suis laissé avoir par celui-ci.

 

Voilà donc un auteur oublié (Emmanuel Bove a écrit dans les années 20 et 30), que j’ai découvert par l’adaptation cinématographique d’un de ses romans par Jean-Pierre Darroussin (Le pressentiment), et que je vous conseille de découvrir à votre tour.

 

Extrait :

 

"En arrivant rue de Sèvres, Pierre Neuhart se sentit un peu gêné. L’immeuble qu’habitait Mme Aspi était assez imposant. Le porche, formant passage, était éclairé par des torchères qui, quoiqu’elles fussent neuves, appartenaient à une autre époque. « J’aurais dû envoyer un mot d’excuse et ne pas y aller ». Ne connaissant personne, il devinait qu’il se trouverait mal à l’aise. Il craignait d’être mêlé à un monde brillant, ayant de la conversation, auprès duquel il eût fait figure d’imbécile. Mais ce qui, en réalité, lui était le plus désagréable, c’était la pensée que les invités savaient quels faibles liens l’attachaient à Mme Aspi. Néanmoins, il se fit violence. Il y avait trop longtemps qu’il rêvait de pénétrer dans la bonne société pour que l’appréhension du dernier moment eût la force de l’arrêter."

 

L'amour de Pierre Neuhart, d'Emmanuel Bove

Ed. Points

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Laurence 29/03/2008 07:53

Merci Yoahn pour la critique et le relais. :) Par contre, l'annoncer se fera dans la journée et non à 18h00 pour que ce qui travaillent lundi aient le temps de prendre connaissance calmement de la sélection. ;)

Yohan 30/03/2008 17:55



De rien. C'est corrigé dans l'article, et la sélection est meme en ligne sur www.biblioblog.fr depuis ce matin !
N'hésitez pas à participer !