Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2008 6 22 /03 /mars /2008 09:52

Ayant découvert le théâtre sur le tard, je n'avais encore jamais eu l'occasion d'assister à une représentation d'une tragédie classique signée par Racine. J'en ai enfin eu l'occasion, avec cette représentation de Bérénice aux Bouffes du Nord, à Paris.

Je vais m'éviter un trop long résumé : Antiochus aime Bérénice qui aime Titus, l'Empereur, mais ce dernier ne peut l'épouser car un Empereur ne peut épouser la reine de Judée.

Voilà, et pendant cinq actes et deux heures trente, on assiste aux tergiversations, aux négociations, aux difficultés d'exposer clairement ses sentiments à la personne qu'on aime et à laquelle on sait qu'on va faire du mal.

J'avais gardé un très bon souvenir de la lecture de la pièce il y  a quelques années, et j'ai retrouvé ce plaisir à entendre le texte. C'est une pièce construite en crescendo, avec un quatrième acte époustouflant, entre le monologue de Titus et la séparation finale entre l'Empereur et Bérénice.

La force de Racine est aussi de décrire la situation en quelques vers : ainsi, la première intervention d'Antiochus permet de tout de suite comprendre où nous sommes : à Rome, dans l'antichambre de la Reine, avec un Empereur qui vient d'accéder au pouvoir. Cette capacité à présenter si rapidement les éléments de l'intrigue est une vraie prouesse.

La mise en scène était très simple et classique : des drapés, un décor nu. Seule la scène d'ouverture était très originale et m'a bien plu : Titus se fait habiller d'une toge par deux de ses hommes, et cette scène permet d'entrer très vite dans la solennité du lieu et de l'action.

Enfin, j'avoue que j'ai également été attiré par cette pièce à cause de la distribution : Lambert Wilson met en scène et incarne Titus, Carole Bouquet reprend le rôle de Bérénice qu'elle a déjà tenu, notamment pour une version télévisée avec Gérard Depardieu. Et si ces deux acteurs sont impressionnants (notamment la voix de Lambert Wilson qui occupe l'espace avec une force extraordinaire), le reste de la distribution est également  très bien choisi. Antiochus notamment, joué par Fabrice Michel. A noter également la présence sur scène de Georges Wilson.

Et je tiens à signaler aussi le travail des maquilleurs pour cette mise en scène, que j'ai trouvé tout à fait réussi.

Bref, une première expérience racinienne réussie, et je ne me gênerai pas pour y retourner !

Malheureusement pour cette pièce, la dernière a lieu ce soir...

Partager cet article

Repost 0

commentaires