Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2008 7 03 /02 /février /2008 20:59

Après la découverte de la Comédie Française avec Le Mariage de Figaro, j'ai découvert une nouvelle grande salle de théâtre parisienne : l'Odéon théâtre de l'Europe. Et pour cette découverte, un grand classique de Molière, L'Ecole des femmes, avec un grand acteur, Daniel Auteuil.

Un résumé (très rapide) de l'intrigue : Arnolphe, bourgeois qui a la hantise d'être trompé par sa future femme, décide d'enfermer une jeune paysanne, Agnès. Cet enfermement a pour but de la rendre bête, afin qu'elle n'ait même pas l'idée de le tromper. Mais ses plans vont un à un tomber à l'eau...

Je n'avais pas le souvenir que le personnage d'Arnolphe tenait une part aussi importante dans la pièce : il est de toutes les scènes, ne sort quasiment jamais de scène, et sa présence est donc très physique. Les autres personnages ne sont donc que des seconds rôles : Agnès, l'ingénue, intervient dans trois ou quatre scènes uniquement, alors qu'elle est au centre de toutes les intrigues d'Arnolphe. Horace, Chrysalde ne sont donc que des subalternes qui permettent de mettre en valeur la bêtise d'Arnolphe.

La mise en scène de Jean-Pierre Vincent prend un part pris que j'ai trouvé très intéressant : il décide de rendre à la pièce son aspect comique, aspect que lui avait donné Molière à sa création. Daniel Auteuil parvient donc à rendre ce personnage drôle : on rit à la fois aux vers très subtils de Molière, mais également à la prestation scénique de Daniel Auteuil. Du coup, le second aspect de la pièce, la prise de conscience d'Arnolphe qu'il est amoureux, est un peu laissée de côté. Mais je préfère ce parti pris de mise à scène à celui d'une intellectualisation excessive des pièces de Molière.

Certaines scènes m'ont néanmoins paru un peu ratées, en particulier la scène où Agnès lit les maximes que lui demande de lire Arnophe. On écoute le défilement des maximes, en se demandant combien il y en a, en espérant qu'il y en ait pas trop... 

Malgré ce petit aspect négatif, j'ai passé une belle soirée de théâtre dans une belle salle parisienne : une pièce à la fois subtile et drôle, de bons acteurs (notamment Lyn Thibault, une très bonne Agnès, dont le caractère et le jeu évoluent tout au long de la pièce). Enfin, quel plaisir d'entendre des vers en alexandrin et de se laisser bercer par la musique de cette belle langue française, parfois un peu compliquée mais qui se laisse écouter avec plaisir...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Luna 04/05/2011 08:51



"L'école des femmes" de Molière est vraiment une pièce magnifique où l'on rit à chaque instant... Je ne suis vraiment pas déçue de cette lecture simple mais efficace ! Comme quoi, même après
plusieurs siècles, le talent reste !
Je viens d'ailleurs de publier m:on avis sur cette pièce de l'auteur sur mon blog...

Joli article, je reviendrais ;)
Bonne continuation !!