Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2008 3 23 /01 /janvier /2008 16:28

Au théâtre 71 de Malakoff (dans les Hauts de Seine, périphérique porte de Vanves) se joue actuellement une pièce de l'auteur allemand Franz Xaver Kroetz, Meilleurs souvenirs de Grado.

Cette pièce met en scène les vacances de deux allemands  : le mari est ouvrier, la mère femme au foyer, et ils ont laissé leur gamin avec la grand-mère. Ils s'offrent donc 15 jours de vacances en Italie au bord de la mer.

La pièce présente différentes saynètes qui se déroulent tout au long des vacances : l'arrivée à l'hôtel, le concert gratuit, la sortie en bateau, le bronzage sur la plage,....

Cette pièce tient surtout grâce à la mise en scène de Benoît Lambert. En effet, le texte n'est pas abondant (ça doit prendre 15 minutes de lecture), et le rythme est plutôt lent. Mais cette lenteur est intentionnelle : le metteur en scène cherche ici à montrer comment un moment prévu comme une réjouissance peut finalement être un moment d'ennui. L'ennui ressort aussi car les personnages cherchent absolument à s'accrocher à des éléments de leur quotidien : une musique connue, le miaulement des chats qui est différent. Cette peur de l'altérité entraîne un enfermement sur soi créateur de cet ennui.

Les actions sont donc très mesurées, et le mari est lent pour tout, même pour comprendre que sa femme a besoin d'un peu de tendresse ! Et si l'action n'est pas très dynamique, la pièce est assez courte pour que cela ne paraisse pas trop long.

Benoît Lambert utilise également différents éléments de décor pour rendre l'action vivante. Ainsi, un grand rideau, d'abord fixe, se met à bouger pour donner à la scène un air de plage. Elle sert également d'écran de projection, et dévoile des pans de scène laissés par moment dans l'ombre. 

Les deux acteurs, Marc Berman et Marianne Schambacher son très bons : ils arrivent, par le jeu, à exprimer les émotions que le texte ne transmet pas.

C'est donc une pièce que je recommande pour ceux qui habitent à proximité ou qui la verront tourner près de chez eux. Avec une dernière précision : j'ai eu un sentiment assez étrange en sortant, puisque la pièce présente finalement un moment que chacun connaît, les vacances, sous un jour assez noir. C'est en effet le seul moment de détente dans une vie toute entière contrainte par le travail. Et on en vient à repenser la conception des vacances, puisqu'on a eu l'impression de se voir sur scène, ainsi que d'autres congénères. A quoi servent donc des vacances, que presque tout le monde passe de la même manière, et qui n'ont pour seul but que de nous faire oublier un travail auquel nous sommes enchaînés ?

A ne pas voir avant une escapade touristique !!!

Partager cet article

Repost 0

commentaires