Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2008 7 20 /01 /janvier /2008 07:35

actrices.jpgMarcelline joue au théâtre dans la pièce de Tourgueniev, Un mois à la campagne. Les débuts des répétitions sont difficiles : le metteur en scène est autoritaire, les sentiments de Marcelline envers certains de ses camarades de jeu sont ambigüs. Et l'assistante du metteur en scène ne rêve que d'une chose : renouer avec le théâtre, en prenant le rôle à Marcelline. Si on ajoute à tout cela les difficultés pour Marcelline à avoir un enfant, cette période est loin d'être rose pour la comédienne, qui remet en question toute son existence...

Revoilà le duo Valeria Bruni-Tedeschi / Noémie Lvovsky, avec la première à la réalisation et le rôle tire, la seconde en tant qu'actrice. On y retrouve également d'autres habitués de cet univers et de celui d'Arnaud Desplechin : Mathieu Amalric en metteur en scène tyrannique, Louis Garrel (très sobre et efficace dans le rôle du jeune premier). Une troupe donc pour un film sur la confection d'une pièce de théâtre.

Et c'est cette partie-là du film que j'ai préféré : la première rencontre autour de la lecture du texte, les retrouvailles des comédiens qui ne se sont pas vus depuis l'école, les inimitiés et les jeux de séduction qui apparaissent au fur et à mesure. Valeria Bruni-Tedeschi tient bien son rôle d'actrice angoissée, incapable de jouer l'ouverture d'une porte et totalement handicapée par l'image qu'elle se fait de l'héroïne de la pièce. De plus, la scène se passe au théâtre des Amandiers à Nanterre, lieu que j'ai découvert récemment, ce qui ajoute au plaisir de cette partie du film.

Tout ce qu'il y a autour de cela m'a paru plus anecdotique : les difficultés de Marcelline pour avoir un enfant, les relations avec sa mère (jouée par sa vraie mère dans le film). J'ai moins accroché sur cette partie-là du film.

Un peu déçu donc, d'autant que je restais sur un très bon souvenir de son premier film, Il est plus facile pour un chameau...

Petite remarque sur la scène d'ouverture du film qui m'a beaucoup amusée vu les actualités : la mère de Marcelline, jouée par la vraie mère de Valeria Bruni-Tedeschi (et donc la mère de Carla Bruni, puisque Valeria et Carla sont soeurs), explique à sa soeur qu'elle regrette que sa fille Marcelline n'ait pas épousé un prince quand elle en avait l'occasion. Mais c'est pas grave, ai-je eu envie de lui dire, Carla a réussi, elle !

Partager cet article

Repost 0

commentaires