Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2008 4 03 /01 /janvier /2008 18:57

9782253057291.gifJ'ai assisté il y a quelques temps à une représentation de la Seconde surprise de l'amour, jouée au théâtre des Amandiers de Nanterre.

Cette pièce est une réécriture par Marivaux de la Surprise de l'amour, qu'il avait déjà écrite.

L'intrigue de cette pièce est très classique. Une Marquise, veuve, doit choisir entre différents prétendants : un Comte, ami de feu son mari
, et un jeune chevalier, qui attend désespérément l'amour. Tout ceci arbitré par les valets des deux principaux protagonistes, et un philosophe embauché par la Marquise pour lui faire la lecture, qui craint de perdre sa place.

Comme déjà précisé, l'intrigue est très classique. Cette pièce n'est pas la meilleure pièce de Marivaux, qui réussit à traiter ce sujet avec plus d'éclat dans d'autres oeuvres. Le Jeu de l'Amour et du hasard me paraît plus riche que cette Seconde surprise de l'amour. Le rire n'est jamais franc, mais les situations parfois cocasses ou certaines répliques amènent un sourire.

La mise en scène de Luc Bondy est d'ailleurs l'un des éléments qui procure cet aspect comique à la pièce : le décor est mouvant, avec notamment les maisons des héros qui s'approchent et de séparent tout au long de la pièce. Mais il a surtout réussi à donner aux deux personnages principaux des caractères très affirmés. Et comme les deux acteurs sont de grand talent, le tout fonctionne. Clotilde Hesme, déjà vue au cinéma dans Les chansons d'amour ou Le fils de l'épicier, campe une marquise éplorée, mais qui parvient petit à petit à prendre le dessus sur la fatalité, notamment en envoyant un large coup de pied dans une chaise pour marquer son mécontentement. Et le chevalier, incarné par Micha Lescot, est à l'opposé de toutes les qualités attendues de la part de ce type de personnage : il est hésitant, n'arrive pas à se décider, et tourne sans cesse autour de la Marquise sans parvenir à prendre en main la situation. 

Finalement, les valets, très actifs comme souvent, parviennent à résoudre les problèmes de leurs maîtres et à concilier leurs intérêts. Pièce qui vaut donc le coup d'oeil, notamment pour Clotilde Hesme, qui devrait beaucoup faire parler d'elle dans les années à venir...

Si la pièce tourne en Province, je vous la conseille donc (car les représentations à Nanterre sont terminées, malheureusement ! )

Partager cet article

Repost 0

commentaires