Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 novembre 2007 2 27 /11 /novembre /2007 12:10

quadrille.jpgPour les 50 ans de sa mort, beaucoup d'événements sont organisés autour de Sacha Guitry.
La cinémathèque française, à Paris, lui consacre à cette occasion une rétrospective et une exposition. Aujourd'hui, je vous parle du  film que j'ai eu l'occasion de voir, Quadrille.

Dans l'entre-deux guerres, Philippe, responsable d'un journal, doit interviewer Carl Henderson, la star mondiale montante : toutes les femmes sont à ses pieds, et son charisme fait des ravages. Malheureusement, et à l'insu de Philippe, ces ravages vont s'étendre jusqu'à Paulette, sa propre femme. Mais Philippe a d'autres atouts dans sa manche pour ne pas rester le bec dans l'eau...

Ce film des années 30 me semble assez représentatif d'une partie du travail de Guitry : du boulevard, avec des couples qui se séparent, des amants et des maîtresses. Même si l'intrigue du film est assez classique (une femme rencontre un amant, qui est obligé de partir, et elle se retrouve donc face à son mari), le film en question assez surprenant : il y a du rythme, les répliques sont drôles, font souvent mouche. Les personnages sont aussi très intéressants car ils ne correspondent pas aux images traditionnelles de ce genre de film : Paul, le cocu, ne fait pas de crises de jalousie mais essaie de trouver son intérêt dans cette mésaventure, son amie journaliste, également amie de sa femme, joue un double jeu qui s'avère au final gagnant. De plus, les acteurs sont très bons, avec Sacha Guitry lui-même dans le rôle de Paul, et deux actrices assez surprenantes : Gaby Morlay et Jacqueline Delubac, qui n'a pas eu une grande carrière au cinéma : elle a surtout tourné avec Guitry, dont elle a été la première femme.


L'aspect théatral du film est également assez flagrant : le film est tiré de la pièce du même nom, écrite par Guitry. La réalisation est également surprenante, avec notamment de longs plans-séquence, comme lorsque Philippe retrouve Paulette après la nuit passée avec son amant. Ce procédé est quelque peu déstabilisant pour un spectateur contemporain, tant la vitesse et la frénésie du montage sont importantes aujourd'hui.


On retrouve également certains aphorismes qui ont fait la gloire de Guitry. J'ai notamment retenu celui-là (en parlant de la tentative de suicide de sa femme) :

" Puisqu'elle s'est ratée en voulant se tuer, elle pourrait se tuer en voulant se rater".
 
Au final, un premier pas dans l'oeuvre de Guitry qui devrait être suivi par d'autres...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

jdm 06/05/2008 00:49

Je ne peux que t'encourager à faire d'autres pas ---
---
avant que je ne le fasse...
... vers le _Roman d'un tricheur_ et vers le "procès Sacha Guitry" qui, à la veille du 8 mai, n'est pas à la gloire de notre beau pays résistant (on se demande pourquoi il a fallu des amerloques pour que nos 40 millions de pétainistes deviennent 40 millions de résistants >
> puisque tu connais la musique et le cinéma, tu connais _Le Père Tranquille_, une oeuvre rusée de Noël-Noël, un grand et honnête, René Clément est présenté comme réalisateur, et _La Cuisine au beurre_, drôle et horrible, et peut-être _Mariage_ de Claude Lelouch, sombre et triste, l'époque.

Et je n'ai pas fini de lire tes articles :)

Yohan 07/05/2008 09:59


Si tu peux me donner autant de références pour chaque article, je suis preneur !!!
Je connais un peu le cinéma, mais j'ai encore beaucoup de trous à combler, notamment dans le cinéma d'avant 80. Il faut dire que je m'y suis mis tard !
Et pour la musique, c'est purement un plaisir, puisque je n'ai aucune connaissance technique : à part la flûte à bec au collège, je n'ai jamais touché un instrument. Ah si ! Je sais jouer Au clair
de la lune à l'accordéon !